Javascript Tabs Menu by Deluxe-Tabs.com
Dernière mise à jour: 18-Dec-2014 - 09h28
Recherche:    Web CIN      By
1453 visiteurs en ligne
Législatives partielles: Retour aux urnes le 30 septembre !
Le Messager
DOUALA - 30 AOUT 2007
© Christian LANG | Le Messager
 Réagir
Un décret du chef de l’Etat convoque le corps électoral dans les circonscriptions où les élections législatives ont été annulées.
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Les candidats des cinq circonscriptions où les législatives ont été annulées le 08 août dernier par la Cour suprême vont retourner devant les électeurs le 30 septembre prochain. Par un décret signé hier, mercredi 29 août 2007, Paul Biya convoque le corps électoral des localités concernées à nouveau aux urnes ce jour-là. “ Les électeurs des circonscriptions du Wouri est, du Moungo sud, du Nyong et Kelle, du Mayo Tsanaga nord et du Haut Nkam sont convoqués le dimanche 30 septembre 2007 à l’effet de procéder à l’élection des députés à l’Assemblée nationale ”, stipule l’article premier du décret du chef de l’Etat. Les opérations électorales se dérouleront entre 8 heures et 18 heures.

Irrégularités massives. Tels sont les motifs essentiels ayant conduits à l’annulation des élections dans les circonscriptions sus-citées. Certains requérants, à l’instar de l’honorable Pierre Kwemo, candidat du Sdf dans le Haut-Nkam, demandaient l’annulation totale des élections ou alors un nouveau décompte des voix. Le 30 septembre prochain, les électeurs des localités où les élections sont à reprendre vont faire leur choix sur la base des listes des partis politiques en lice depuis le 22 juillet dernier, et en application des dispositions légales en vigueur en la matière. C’est au terme de ces consultations partielles que la liste des députés, 163 actuellement, sera complétée à 180 comme le prévoit la Constitution.

Que va-t-il se passer à Lobo ?

Un autre décret du chef de l’Etat signé hier convoque les électeurs de Lobo aux urnes le 30 septembre 2007. “ Les électeurs de la commune de Lobo dans le département de la Lékié, province du Centre, sont convoqués aux urnes le dimanche 30 septembre 2007 à l’effet de procéder à l’élection des conseillers municipaux ”, stipule l’article premier de cet autre texte du président de la République. Le 22 juillet dernier, il n’y a pas eu d’élections municipales dans cette localité. Car, la seule liste en compétition, celle investie par les militants de base du Rdpc, a été disqualifiée par la Chambre administrative de la Cour suprême sur une question d’identification controversée d’un militant.
La loi prévoit que seules les listes ayant prix part aux partielles sont habilitées à concourir aux partielles. Dans ce cas de figure, va-t-on encore procéder aux primaires pour ce qui est de Lobo? “ On ne sait pas comment la liste Rdpc sera élaborée. C’est la hiérarchie du parti qui va décider. Nous attendons la décision du comité central ”, répond Tsanga Ebodé Ferdinand, tête de la liste disqualifiée. En se réjouissant du décret du président de la République, il se demande ce qu’on “ fait de Tsanga Victor ”, celui par qui la disqualification est arrivée. Le parti des flammes semble embarrassé sur la composition de la liste à compétir. Certaines sources internes du parti n’excluent pas l’hypothèse des primaires pour investir la liste Rdpc de Lobo.


Contentieux des municipales: La victoire du Rdpc annulée à Mbanga



Une seule décision forte a été prise au terme de l’audience d’hier à la Chambre administrative de la Cour suprême.

A voir la récurrence des irrecevabilités prononcées hier par Clément Atangana, le président de la Chambre administrative de la Cour suprême, on a cru qu’aucun recours ne connaîtrait une autre issue dans le cadre du contentieux des élections municipales du 22 juillet dernier. Mais la Chambre administrative a annulé l’élection du maire de la commune de Mbanga dans le Littoral. Le recours introduit contre le Minatd et le Rdpc par Ndeuofi Gabriel, militant du Sdf, a été jugé recevable par la chambre. Lapiro de Mbanga, l’un des sérieux prétendants pour l’exécutif communal qui avait crié à la fraude, peut se remettre en course. Avant cette décision de la Chambre administrative, la Cour suprême avait déjà annulé les législatives dans le Moungo sud où Mbanga est localisée. En dehors de cette annulation, un seul recours a été mis en délibéré, dans le Nyong et Kellé.

A part ces deux requêtes, tous les autres recours examinés hier ont été jugés irrecevables par la Chambre administrative de la Cour suprême. Ils sont irrecevables car non fondés, selon la chambre. Elle trouve aussi que certains recours sont mal montés et que certains requérants n’en ont pas qualité, puisque n’étant pas candidats. Certains recours n’étaient pas signés par les candidats, mais plutôt par les mandataires.

Il se dégage de ces rejets en série que les partis politiques ne maîtrisent pas la loi électorale. Zamboue Pascal, de l’Afp, a introduit deux recours pour des irrégularités à Babadjou et à Mbouda à l’Ouest. Il avoue que les partis ont une maîtrise approximative de la loi. Ainsi, “ il y a une éducation à faire. De ce côté-là, nous ne pouvons pas accuser la Chambre administrative ”. Pour lui, “ les partis politiques doivent savoir eux-mêmes comment on monte une requête. Il faut faire des séminaires ”. Certains avocats regrettent que des partis politiques ne puissent pas ficeler convenablement leurs recours. “ En 2002 et en 2004, les recours ont été rejetés parce qu’ils étaient signés par des avocats. Aujourd’hui, les candidats n’ont pas signé leurs requêtes ”, regrette un avocat. L’un de ses confrères pense que la Cour a quand même fauté en arguant que les mandataires des partis et des candidats ne devaient pas signer les recours introduits à la Chambre administrative de la Cour suprême. “ La loi ne peut pas prévoir qu’un candidat peut avoir un mandataire et lui refuser de signer le recours. La Chambre administrative a discriminé à ce niveau ”, commente cet avocat.

L’examen des recours doit en principe s’achever ce jeudi 30 août 2007. Qu’en sera-t-il des autres circonscriptions où les législatives avaient déjà été annulées, puisque le scrutin était double. Sur la question, la panique est grande dans les communes de ces circonscriptions. Le cas de la mairie de Mbanga dans le Moungo-Sud (concerné) est un signal fort.

Rédaction de Cameroon-Info.Net
© 2000-2014 Cameroon-Info.Net [ Hits: 4177 Réactions: 0 Transferts: 0 ]
Publicite

 Réagir
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Featured Stories...


P U B L I C I T E


P U B L I C I T E

Copyright  ©  2000 - 2013  Cameroon-Info.Net. Tous Droits Réservés.