Afrique - Burkina Faso: Une manifestation contre l’ambassade de France dispersée par la police à Ouagadougou

Par AA / Ouagadougou / Dramane Traoré | AA
Ouagadougou - 13-Aug-2022 - 02h36   1907                      
1
Ouagadougou AA Images
Les manifestants exigent le départ de l’ambassadeur français au Burkina Faso ainsi que la fin des accords de coopération avec la France

Des manifestants regroupés au sein du "Mouvement M30 Naaba Wobgo" qui exigeaient vendredi, lors d’une marche à Ouagadougou, le départ de l’ambassadeur de France Luc Hallade du Burkina Faso, ainsi que la fin des accords de coopération avec la France, ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène dans le centre-ville de Ouagadougou.

Des dizaines de manifestants qui s’étaient rassemblés Place de la Nation en plein cœur de la capitale burkinabè ont été vite dispersés par la police alors qu’ils s’apprêtaient à se diriger vers l’ambassade de France.

Dans la foule, on pouvait apercevoir des pancartes hostiles à la présence française au Burkina Faso et des drapeaux russes brandis par certains manifestants.

La coordonnatrice du Mouvement, Yéli Monique Kam, candidate malheureuse à la présidentielle de 2020, qui a initié cette manifestation, a été exfiltrée par ses partisans quand la police a commencé à disperser la foule.

Face aux tirs de gaz lacrymogène, les manifestants se sont repliés au rond-point des Nations-Unies perturbant la circulation aux environs de 16h GMT.

"Nous demandons aux commerçants de fermer leurs boutiques car nous allons barrer la route. Nous sommes déterminés à aller devant l’ambassade de France", a déclaré à un manifestant.

"Nous sommes sortis pour dire non à la présence française au Burkina Faso quelle que soit la forme de cette présence. La police est en train de nous tirer dessus avec du gaz lacrymogène. C’est vraiment déplorable", a ajouté une autre manifestante.

Des manifestants ont déclaré à l’Agence Anadolu que la police a arrêté certaines personnes, sans préciser le nombre.

Cependant des engins appartenant à des manifestants ont été embarqués par la police aux alentours du rond-point des Nations-Unies.

La manifestation qui devrait se tenir également à Bobo-Dioulasso, dans la deuxième ville du Burkina Faso, n’a pas été autorisée par les autorités de la ville, selon les organisateurs.

La semaine dernière, la coordonnatrice du Mouvement, Yéli Monique Kam, avait déclaré que les manifestations contre l’ambassade de France au Burkina Faso se poursuivront chaque vendredi jusqu’au départ du diplomate français de Ouagadougou.

Le mouvement « M30 Naaba Wobgo » est un rassemblement de partis politiques et d’organisation de la société civile lancée le 30 juillet dernier, avec pour but de lutter pour la rupture des accords avec la France.

"Notre lutte ne vise pas les peuples mais la politique française en Afrique. Je m’engage à lutter contre la domination, la politique française en Afrique et ses alliés américains jusqu’à la libération complète de mon pays et de la terre de mes ancêtres afin de la léguer intacte aux générations futures", avait déclaré Kam, au lancement du Mouvement.

Ces dernières années le système français, notamment sa diplomatie, est sous les feux de critiques en Afrique occidentale où la plupart des pays avaient été colonisés par la France.

Lors d’une audition du groupe d’amitié France – Afrique de l’Ouest, le 5 juillet courant, l'ambassadeur de France en poste à Ouagadougou, Luc Hallade, avait qualifié la situation sécuritaire au Burkina Faso de "guerre civile", tout en "minimisant" les efforts des Forces de défense et de sécurité burkinabè dans la lutte contre le terrorisme.

Les autorités burkinabè avaient invité le diplomate français à plus d'objectivité et de retenue avant de lui adresser une note de protestation.

De plus en plus, certaines organisations de la société civile, appellent les autorités des pays africains à diversifier les partenaires.

 

AA / Ouagadougou / Dramane Traoré





Dans la même Rubrique