Cameroun – Agression de Nourane Fotsing: Son parti le PCRN, dénonce un policier qui « dégrade l’uniforme et le corps qu’il représente »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jul-2021 - 21h30   8808                      
44
Anne Feconde Noah, porte parole de Cabral Libii Lebledparle
Dans le communiqué –réaction qu’elle publie ce soir, la porte-parole du président du PCRN Cabral Libii, souhaite que les responsabilités d’ « un tel désastre » soient « impérativement tirées ».

La réaction officielle du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN) en rapport avec l’incident impliquant une de ses élues (Nourane Fotsing)  mardi matin à Bafoussam est tombée dans la soirée de ce 20 Juillet. C’est la porte-parole du président national  Cabral Libii qui a pris sa plume pour dénoncer avec vigueur les actes perpétrés. «Le président du PCRN et les militants sont atterrés devant le comportement de ces agents de police, notamment l’un d’entre eux, qui manifestement a perdu  ses nerfs et s’est laissé emporter par la colère », dit cette communication qui ne ménage pas  la députée coupable de s’être emportée. « C’est le lieu de rappeler que les élus ne sont pas des privilégiés au-dessus des lois, mais la police républicaine se doit d’être en toutes circonstances exemplaire », écrit Anne Féconde Noah Biloa.    

Elle observe que le comportement du policier incriminé met en relief plusieurs points.  Il lui est tout d'abord reproché  d’avoir perdu ses nerfs. La porte-parole de Cabral Libii mentionne ensuite que le pire aurait pu arriver vu qu’il est armé. Elle croit qu’il n’aurait pas été aussi brutal s’il avait eu un homme en face de lui.  

Le PCRN soutient que le statut d’élue de la nation de Nourane Fotsing lui confère constitutionnellement une respectabilité et une préséance que la police doit œuvrer à préserver au nom de l’Etat. Ce parti  d’opposition pense que l’agent  des forces de l’ordre aurait dû,  même s’il exécutait des ordres, faire preuve de retenue.  « Il aurait dû s’y atteler avec tact et professionnalisme, pas avec une telle violence », illustre Anne Féconde Noah qui pense qu’« il dégrade l’uniforme et le corps qu’il représente ».  La réaction de la porte-parole de Cabral Libii se  termine par ces deux phrases fortes mélange de désapprobation et de voeu :  « Le spectacle est hideux, odieux, abject et révoltant. Il illustre une République et une société malades »« les responsabilités d’un tel désastre doivent être impérativement tirées »    

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique