Cameroun – Agression des journalistes Algériens: Le président de la commission communication du COCAN, Abel Mbengue, accuse les victimes

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Jan-2022 - 23h54   17966                      
43
Abel Mbengue Moussy Archives
Le responsable camerounais reproche à nos confrères de s’être installés dans un hôtel situé dans une zone potentiellement criminogène.

Le Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (COCAN) de 2021 estime que les journalistes Algériens victimes d’agression à l’arme blanche dimanche à Douala se sont eux-mêmes mis en difficulté. Dans un communiqué publié ce 10 Janvier 2021, le président de la commission communication Abel Mbengue Moussy, a accusé les victimes de l’attaque d’avoir violé les consignes de sécurité. « Sur la base des investigations avérées qui ont été promptement diligentées par les services compétents, il apparaît que : ledit groupe de journalistes a enfreint les dispositions des dispositions pertinentes du cahier de charges et de l’accord-cadre mutuellement validées par le COCAN et la CAF en matière d’hébergement, de sûreté et communiqués aux délégations  des pays qualifiés et des journalistes accrédités. Que les membres dudit groupe ont privilégié un hôtel dans les environs de la prison centrale de New-Bell  non retenu par le COCAN  et validé par la CAF », écrit l’ancien chef de presse de la Confédération Africaine de Football.

Bien qu’il condamne « énergiquement cet acte crapuleux », le Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations appelle les délégations et les autres visiteurs sur tous les sites de compétition répartis à travers le territoire national « à se conformer à toutes les mesures de précaution et de sécurité qui sont universellement prises à l’occasion des grands événements sportifs ».  Le gouverneur de la région du Littoral Samuel Dieudonné Ivaha Diboua emboîte le pas au journaliste à la retraite en appelant à la discipline et à la vigilance des hôtes du Cameroun « quel que soit leur lieu de résidence ».

Les nommés Mohammed Amokrane, 39 ans, Dahak Mehdi Amaziga, 41 ans et Aissani Mohamed , 43 ans ont été agressés pendant qu’ils se rendaient vers une supérette située près de leur lieu d’hébergement autour de 22 heures au quartier New-Bell, dans l’arrondissement de Douala 2ème, à Douala. Ils ont été soignés à l’hôpital Laquinitinie.

 

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique