Cameroun - Coopération: La gestion durable des forêts et la traçabilité des exploitations au cœur de la rencontre entre le ministre des Forêts Jules Doret Ndongo et des diplomates européens

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Apr-2021 - 14h57   1684                      
1
Exploitation de bois dans une forêt camerounaise, en octobre 2007 AFP/Archives/Delphine Ramond
Cette rencontre a eu lieu le 27 avril 2021 à Yaoundé.

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF) Jules Doret Ndongo a accordé une audience à des diplomates européens le 27 avril 2021. Il s’agissait entre autre de l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Cameroun, Corinna Fricke, et du tout nouvel ambassadeur, chef de délégation de l’Union européenne (UE), Philippe Van Damme. A la table des débats, la gestion durable des forêts et la traçabilité des exploitations.

Dans les colonnes du quaotidien à capitaux publics Cameroon Tribune en kiosque ce 28 avril 2021, le MINFOF affirme que: «pour que nous puissions aboutir à un système qui puisse permettre d’améliorer nos performances, nous avons mis en place, en partenariat avec nos bailleurs, un système qui permet d’assurer cette gestion durable et de voir comment renforcer les recettes».

Pour Corinna Fricke, «nous sommes d’accord avec le ministère en charge de la forêt qu’il faut impliquer un système qui assure une exploitation légale afin de permettre au Cameroun de profiter pleinement de ses richesses naturelles», peut-on lire dans les colonnes du journal.

Ainsi dans un premier temps, «il est question de mettre en place la dématérialisation des procédures qui est un levier de modernisation de l’administration forestière. Il a été mis sur pied à cet effet le Système informatique de gestion des informations forestières de deuxième génération (SIGIF 2.

Pour Philippe Van Damme, «l’Union européenne attache une grande importance à la gestion durable du bassin forestier camerounais et plus largement du bassin forestier du Congo tant au niveau environnemental, qu’économique et social. Au niveau de la gestion et du suivi des flux dans le secteur du bois, nous avons convenu qu’il faudra mettre en place un monitoring et inviter la société civile à faire le suivi des systèmes qui ont été mis en place. Et nous de notre côté, nous devons répondre des normes internationales négociées entre l’UE et un certain nombre de pays», note le reporter.

Enfin, «il sera également question pour l’UE et l’Allemagne de mobiliser, en accord avec le MINFOF, des experts indépendants pour évaluer le système et voir là où il y a des améliorations et des corrections à apporter pour que le Cameroun puisse adhérer pleinement au Programme pour l’application des règlementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux, qui donnera une certification de durabilité au bois exporté par le Cameroun», lit-on.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique