Cameroun - Crise anglophone/Célestin Djamen: «On n’a pas besoin forcément de fédéralisme. Appliquons la décentralisation et vous verrez les effets»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Feb-2021 - 15h24   12700                      
41
Célestin Djamen, militant du MRC archives
L’ancien responsable du MRC soutient que la superficie du Cameroun ne l’oblige pas comme les Etats-Unis, la Russie ou l’Allemagne à choisir ce système.

Célestin Djamen tient à l’unité du Cameroun. L’ancien secrétaire national aux droits de l’homme du Mouvement pour la Renaissance  du Cameroun (MRC) s’est exprimé au cours de la dernière édition du programme de débat "Club d’élites" diffusé sur Vision 4 le 7 février 2021. Il a fustigé ceux qui souhaitent voir le pays divisé, dénoncé les adversaires du régime qui préfèrent s’allier aux sécessionnistes pour le faire tomber. «Les anglophones veulent la division du pays. Je suis absolument opposé. Le Cameroun est un. Il doit rester un. Je suis pour l’unité nationale. Il faut continuer à la construire. On ne peut pas se gargariser. Il y a des gens qui se cachent parce qu’ils détestent monsieur Biya et le gouvernement. Le gouvernement, c’est vrai, doit être critiqué. C’est normal, il faut une opposition. Il y a des gens qui  se cachent derrière leur petit doigt pour s’associer aux Ambazoniens simplement parce qu’ils veulent renverser le système», a vivement dénoncé l’ancien du Social Democratic Front (SDF).

L’homme politique va se lancer ensuite dans la promotion de la décentralisation. «La loi de 1996 qui institue la nouvelle constitution dit clairement aussi que l’Etat  camerounais est unitaire et décentralisé. Donc il n’ y a pas d’article 66 qui fasse allusion aux Etats fédérés. Non, l’Etat camerounais est unitaire et décentralisé. Allons vers la décentralisation. Je ne suis pas certain que si on appliquait effectivement la décentralisation, la crise du NOSO et pire encore le crépitement des armes n’auraient pris corps», martèle Célestin Djamen, qui pense que l’offre de paix du Vatican «est une offre comme une autre».

Cependant, il pense que les Camerounais peuvent régler par eux-mêmes la crise anglophone. «On a tout le respect pour le Vatican. Mais ayons  la conviction que nous pouvons trouver la solution à ce problème quel qu’il soit tout en disant très clairement que ceux qui prennent les armes pour la division, pour la sécession, on ne peut pas négocier avec eux. C’est clair, net et précis», déclare l’opposant.

Il pense que le fédéralisme convient mieux aux Etats qui ont des territoires étendus. Pour lui, le Cameroun n’en pas forcément besoin. «La vraie question qui se pose, c’est que le fédéralisme, en général, c’est déployé dans les pays géographiquement très vastes: la Russie, les Etats-Unis, l’Allemagne, etc. Quand on parle de fédéralisme comme la solution miracle, je n’y crois pas du tout. Appliquons déjà la décentralisation, vous verrez les effets. Le Cameroun n’est pas un si grand pays géographique que ça. Donc on peut contenir cette décentralisation. On n’a pas besoin forcément de fédéralisme. Appliquons la décentralisation et vous verrez les effets», clame-t-il.    

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique