Cameroun - Dérives: Des élèves mineurs surpris en pleine activité obscène chez un vieillard de 75 ans

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-May-2021 - 08h41   12626                      
12
Des élèves surpris en pleine partouze SED
Cette histoire rocambolesque, dans laquelle sont mélangés stupéfiants et pratiques sexuelles déviantes, se déroule dans un domicile au quartier Nlongkak à Yaoundé.

Nonobstant les mesures prises par les autorités et différentes organisations non gouvernementales pour lutter contre la consommation des stupéfiants et des pratiques déviantes en milieu scolaire, le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur.

Deux mois seulement après l’affaire des élèves surpris en pleine partouze à Kribi dans la Région du Sud et à Kumba dans la Région du Sud-Ouest, une autre scène similaire vient d’être découverte dans un domicile à Yaoundé, dans la Région du Centre.

«Le 05 Mai 2021 aux environs de 12 heures, les éléments de la Brigade de Gendarmerie de Nlongkak ont reçu un renseignement faisant état de l'existence, au lieu-dit "dépôt de bois Nlongkak", d'un réseau de trafic de stupéfiants, de partouzes, et autres pratiques sexuelles déviantes. L'opération coups de poing menée pour démanteler ledit réseau fait état d'un bilan de 09 individus trouvés en pleins ébats sexuels parmi lesquels 06 élèves, tous mineurs, interpellés; une quantité importante de préservatifs déjà utilisés, du wisky mélangé avec du tramol et de la chicha saisis. Cette activité était menée dans un domicile appartenant à un individu âgé de 75 ans, présumé complice des faits. Les autres complices en fuite sont activement recherchés. L'enquête se poursuit dans ladite unité», a relaté la Gendarmerie nationale dans une note d’information publiée ce vendredi 7 mai 2021.

Le 10 février 2013, le Chef de l’Etat, Paul Biya, dans son traditionnel message à la jeunesse la veille de la fête du 11 février, avait déjà tiré la sonnette d’alarme sur la dégradation de la moralité de la jeunesse camerounaise. Afin de lutter efficacement contre ce phénomène, le sociologue Abdou Aziz Njoya estime, dans une interview au quotidien gouvernemental Cameroon-Tribune, qu’il faut restaurer la rigueur, la discipline et la moralisation au sein des établissements scolaires et des familles.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique