Cameroun - Drame: Le Groupe SABC annonce le décès d’un élève à Ebolowa (Sud) suite à un incident impliquant une de ses installations

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-May-2021 - 12h55   4429                      
0
Ville d'Ebolowa Archives
La tragédie est survenue dans la matinée de ce mercredi 5 mai 2021, alors que le nommé Meka Bami, élève au lycée technique de la ville éponyme, était en chemin pour son école.

La ville d’Ebolowa dans la région du Sud porte le deuil du jeune Meka Bami depuis cette matinée du mercredi 5 mai 2021, décédé suite à l’effondrement d’un mur du centre de distribution de la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC). La société brassicole a elle-même officialisé la triste nouvelle dans un communiqué rendu public ce jour, rapportant que le drame s’est produit après qu’un des murs de son centre de distribution au quartier Nkovos s'est écroulé sans donner de précisions sur ce qui a pu provoquer cet effondrement.

«Notre direction sécurité est déjà mobilisée pour analyser, en relation avec les autorités compétentes locales, les circonstances qui ont conduit à cet accident tragique que nous déplorons», indique le Groupe SABC dans son communiqué. Le jeune Meka Bami, élève au lycée technique d’Ebolowa, n’arrivera donc jamais à son école. L’on apprend par ailleurs des sources médiatiques que l’incident a également fait un blessé.

«Le directeur général du Groupe SABC exprime sa douleur et sa compassion face à cet accident malheureux et adresse les sincères condoléances du comité de direction de l’entreprise à la famille du défunt que nous soutiendrons dans cette épreuve», renchérit la société brassicole.

Cependant, des premiers témoignages de terrain, le mur du centre de distribution du groupe SABC présentait depuis quelques temps des signes de défection. «La clôture du Centre de distribution des Brasseries du Cameroun à Ebolowa ne répond pas aux normes. Nous avons averti depuis longtemps. C’est un mur fait avec des parpaings de 15, avec un fer non approprié. Inadmissible pour un mur de 8 mètres de hauteur. L’exécution des travaux avait été bâclée, mais comme les Brasseries du Cameroun sont toutes puissantes, personne ne pouvait nous entendre», couine un témoin oculaire.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique