Cameroun – Drame: Un conflit intercommunautaire fait au moins 30 morts dans la commune d’Akwaya (Sud-Ouest)

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 27-Jun-2022 - 22h53   1793                      
0
La carte de la commune d'Akwaya Wikipédia
Selon l’Agence France Presse (AFP), les massacres ont été perpétrés les 25 et 26 Juin 2022 dans le village de Bakinjaw.

Nouveau bain de sang dans la commune d’Akwaya (région du Sud-Ouest) proche de la frontière avec le Nigeria. L’Agence France Presse rapporte ce lundi qu’au moins 30 villageois parmi lesquels des femmes et des enfants ont été tués lors d’une attaque menée par une ethnie rivale. "Des hommes armés ont lancé une attaque sur la communauté Messaga, des jeunes gens, des femmes, des enfants et même des personnes âgées ont été tués. Certaines ont été tuées dans leurs maisons, d'autres alors qu'elles se rendaient aux champs », précise à l’AFP une source militaire.

Certaines victimes ont été brûlées ou décapitées, « Le massacre a été perpétré samedi et dimanche dans le village de Bakinjaw de la commune d'Akwaya, à quelques kms de la frontière nigériane », indique notre confrère qui cite  comme source le révérend Fonki Samuel Forba, porte-parole de l'Eglise presbytérienne du Cameroun,  le responsable d’une ONG et un officier supérieur de l’armée camerounaise ayant requis l’anonymat

Les ethnies concernées sont les Oliti et les  Messaga Ekol. Elles sont opposées par un litige  foncier. Le pasteur Forba raconte que « le 29 avril, les Oliti ont attaqué et tué plusieurs Messaga Ekol dans leurs fermes, les Oliti ont ensuite mobilisé et reçu le soutien d'hommes armés qu'ils avaient engagés et ils ont lancé de très violentes attaques inhumaines et destructrices contre les Messaga Ekol ». L’on compte cinq Nigérians parmi les personnes tuées, renseigne le communiqué qui relate les incidents.  

« Il y a une guerre intercommunautaire qui dure depuis des années à Akwaya. Les Oliti, qui habitent le centre (du district) d'Akwaya, sont régulièrement victimes des attaques des populations voisines. Ils se sont révoltés et c'est ce qui a conduit au bain de sang », apprend-on d’une des sources contactées par l’AFP.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique