Cameroun - Entrepreneuriat jeunes: Le PNUD débloque plus de 76 millions de FCFA pour 300 porteurs de projets dans la région de l’Ouest

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Feb-2021 - 15h15   3137                      
0
Ville de Bafoussam Archives
Ces dons ont été remis le 4 février 2021 à la place des fêtes de Bafoussam.

Dans son édition en kiosque ce 8 février 2021, le quotidien national bilingue Cameroon Tribune rapporte que le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a fait des dons à 300 jeunes porteurs de projets dans la région de l’Ouest. La remise de ces dons a eu lieu le 4 février 2021 à la place des fêtes de Bafoussam. Ces dons représentent plus de 76 millions de FCFA.

Le journal note que Michel Awounang Azongoua a reçu les clés d’une moto tricycle. Cet engin roulant dont il a aussitôt testé le bon état de fonctionnement, est accompagné d’une panoplie d’autres appareils et accessoires évalués à 3,6 millions de FCFA. Interrogé, le bénéficiaire explique que: «cet investissement va servir au lancement dans la ville de Dschang, d’une mini-entreprise de production, de transformation et de distribution à grande échelle des chips de plantain et de pommes de terre», peut-on lire.

Ces appuis du projet «To Mitigate Impact Covid-19» du PNUD concernent les jeunes de 15 à 35 ans pour les messieurs et jusqu’à 55 ans pour les dames. D’après notre confrère, avant la remise de ces dons, les bénéficiaires ont suivi une formation devant leur permettre de valoriser l’investissement par la mise en place des entreprises en réduisant à leur plus simple expression, les risques d’échec.

Alassane BA, le représentant résident adjoint du PNUD au Cameroun, confie que «cette enveloppe de plus de 76 millions de FCFA vise à offrir aux jeunes des appuis destinés à faciliter leur insertion socioéconomique, créer et innover dans le secteur entrepreneurial, créer des emplois et à réduire l’impact de la pandémie du Covid-19 chez les groupes vulnérables», lit-on.

Ce soutien du PNUD aux travailleurs de l’économie informelle, aux micros, petite et moyennes entreprises, va permettre selon Adray Epenté Tazeu, l’inspecteur général des services du gouverneur de cette région, «de dynamiser la consommation des ménages, d’accroître leur résilience face aux effets socioéconomiques de la pandémie et de prévenir le risque de troubles sociaux à mesure que la crise se prolonge et que les moyens de subsistance et les emplois se dissipent», note le journal.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique