Cameroun - Formation: Des magistrats camerounais édifiés sur les nouvelles pratiques relatives à la coopération judiciaire internationale

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-May-2021 - 14h37   1795                      
1
Des Magistrats camerounais Archives
Les travaux, organisés par le ministère de la Justice, l'ambassade de France et l'Ecole nationale de magistrature de Paris, se tiennent à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature depuis le 11 mai 2021.

Depuis le 11 mai 2021, l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) de Yaoundé abrite un atelier de formation des magistrats camerounais. Cet atelier de formation sur «L’entraide pénale internationale» est organisé par le ministère de la Justice, l’ambassade de France au Cameroun et l’Ecole nationale de magistrature de Paris. D’après le quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 12 mai 2021, cette formation est adressée à 25 magistrats professionnels camerounais.

C’est le ministre délégué auprès du ministre de la Justice Garde des Sceaux, Jean de Dieu Momo, qui a présidé la cérémonie de lancement des travaux le 11 mai dernier à Yaoundé. Cette  cérémonie s’est tenue en présence du Conseiller de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France, Yann Lorvo, et du directeur général de l’ENAM, Bertrand Pierre Soumbou Angoula.

D’après notre confrère, cet atelier de formation a deux enjeux majeurs. Le premier consiste à outiller les magistrats camerounais sur les nouvelles pratiques relatives à la coopération judiciaire internationale. Pour ce faire, «ils devront s’approprier l’expérience française en la matière et rompre avec la routine pour devenir des acteurs d’une nouvelle donne adaptée aux exigences de l’heure», a indiqué le ministre Jean de Dieu Momo à l’ouverture.

Le deuxième enjeu, «et non le moins important, s’inscrit dans la perspective d’asseoir les bases d’une collaboration judiciaire pérenne entre le Cameroun et la France», note le quotidien. D’autant que, «les deux pays sont non seulement liés par des accords judiciaires, mais aussi par une tradition judiciaire et juridique de longue date», précise le ministre délégué auprès du ministre de la Justice Garde des Sceaux, Jean de Dieu Momo.

Enfin, notre confrère raconte qu’au regard de ces attentes, «les parties prenantes ont formulé le vœu de voir germer de ces travaux, des fruits concrets. Lesquels vont réenclencher une dynamique coopérative en ce qui concerne le combat contre la criminalité transnationale, gage d’efficacité et d’efficience de l’action pénale».

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique