Cameroun - Incident électoral du 18 Mars/Pr Pascal Charlemagne Messanga Nyamnding (RDPC): « L’opposition vient de faire honte à tous ceux qui espéraient la voir changer de comportement »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Mar-2022 - 13h25   11412                      
6
Messanga Nyamnding, sur le plateau de Droit de Réponse le 27 Décembre 2020 capture d'écran
L’universitaire grand supporter du président camerounais se montre ulcéré par l’attitude des partis de l’opposition représentés à l’Assemblée Nationale la semaine passée. Il soutient que le Cameroun n’a pas des opposants, mais des mécontents qui retrouvent le sourire une fois qu’ils reçoivent de la « nourriture ».

Le Professeur Pascal Charlemagne Messanga Nyamnding n’a pas aimé le rôle joué par les partis de l’Union pour le Changement lors de l’élection du président de l’Assemblée Nationale le 18 Mars 2022. Le militant du RDPC connu pour ramer régulièrement à contre-courant des idées des dirigeants de son parti a qualifié ce 22 Mars sur ABK Radio ces opposants de « rigolos ».  « Voilà des gens qui viennent vous dire qu’ils veulent mettre en place l’Union pour le Changement. C’est une vision. Mais dans les faits, ils ne sont pas capables de voter pour un candidat qui est de leur camp en la personne de Nintcheu », a-t-il déploré, ajoutant que cela signifie que « l’opposition est une opposition du ventre ». Poursuivant sur cette lancée, il a qualifié Cabral Libii, le député du PCRN, de « grand manœuvrier qui ne peut laisser ses avantages au Bureau de l’Assemblée Nationale  pour voter pour Nintcheu ».  Le « Biyaîste convaincu » considère que  « l’Union pour le Changement est un bluff ».

Messanga Nyamnding constate que ceux qui parlent d’alternance depuis plusieurs décennies ne pensent  pas ce qu’ils disent. D’où la colère qu’il exprime. « On veut voir les partis d’opposition enfin se mettre ensemble pour nous contrer.  Si vous avez des gens qui depuis bientôt 30 ans voire 40 ans parlent d’alternance au Cameroun et ne peuvent pas symboliquement se mettre ensemble parce qu’ils ont des avantages et apporter toutes sortes de justificatifs, ça n’intéresse personne.  Et les Camerounais viennent de comprendre une fois de plus qu’on n’a pas en réalité au Cameroun des opposants, mais on a des mécontents  », assène le bouillant politologue.  Des mécontents qui, illustre-t-il,  « deviennent content » une fois qu’ils reçoivent « la nourriture ».

 « L’opposition aujourd’hui, vient de faire honte à tous ceux qui espéraient la voir remonter et changer de comportement (…) Reconnaissons que cette opposition est irresponsable, immature, opportuniste et n’est pas encore prête à remplacer le RDPC », s’indigne Pascal Charlemagne Messanga Nyamnding.  

 

 

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique