Cameroun – Initiative: L’affaire Malicka Bayemi suscite la création du « prix SESHAT du Courage féminin dans le journalisme Camerounais »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jul-2021 - 16h21   3022                      
8
Le Logo du Prix SESHAT Comité d'organisation Prix SESHAT
Lancée depuis près de deux semaines, la première édition connaîtra ses lauréats le 31 Juillet 2021.

Un concours de journalisme dédié aux femmes vient de voir le jour. La compétition est baptisée  « prix SESHAT du Courage féminin dans le journalisme Camerounais ». Elle a été lancée il y a près de deux semaines par des journalistes, des hommes et femmes de culture originaires du Cameroun. C’est une épreuve destinée à soutenir et à encourager les femmes journalistes du Cameroun remarquées pour leurs travaux contre les violences faites aux femmes ainsi que pour les droits des femmes au Cameroun.  

« Il a été lancé ça à la suite l'affaire Mailcka Bayemi qui implique notamment le journaliste Martin Camus Mimb. Nous avons été choqués par le silence, l'attentisme des journalistes femmes face à  ces affaires qui les concernent pourtant », explique l’un des organisateurs l’écrivain Arol Ketchiemen interrogé ce 20 Juillet 2021 par cameroon-info.net. «  Le but c'est de marquer un coup cette année et mieux préparer les prochaines éditions », précise-t-il.

Les concepteurs du SESHAT parmi lesquels les journalistes Simon Inou et Louis Magloire Kemayou pensent qu’il est urgent de soutenir  le journalisme  Camerounais notamment en y renforçant les rôles actifs, éthiques et professionnels des femmes dans ce corps de métier. S’appuyant sur  divers rapports d’organisations nationales et internationales, ils relèvent que  les femmes camerounaises sont victimes de violence dès leur plus bas âge et que « cela se poursuit même dans l'exercice de leur profession de journaliste ».

Le nouveau prix va récompenser chaque année une ou plusieurs journalistes femmes qui se seront impliquées à travers un genre journalistique (enquête, reportage, éditorial, article, chronique)  dans la défense des droits des femmes camerounaises au Cameroun. La vocation de ce prix est de soutenir la ou les récipiendaires à exercer la profession dans les meilleures conditions, à encourager ces dernières à œuvrer pour l’empowerment féminin et la défense des droits des femmes dans le contexte camerounais qui est particulièrement difficile. Ce prix porte le nom SESHAT qui est la déesse de la sagesse, de la connaissance et de l'écriture dans la haute antiquité africaine de l’Egypte ancienne.

 Un comité d’éthique (constitué notamment du père Ludovic Lado, de Jean-Bruno Tagne, Marie Noëlle Guichi, Amina Djouldé, Odile Tobner, Joviale Tofo, Félix Mbetbo, Bergeline Domou)  jouant le rôle de jury a été constitué pour accompagner le prix. Il est composé de personnes reconnues pour leur intégrité, leur expertise, leur engagement. Il s’agit essentiellement de journalistes, des membres de la société civile ainsi que des écrivains. Ce comité apporte une caution morale au prix et a pour mission de suivre attentivement l’actualité au cours de l’année pour identifier une liste de récipiendaires putatifs.

La première édition du prix sera décernée ce 31 juillet 2021 à l’occasion de la journée internationale de la femme africaine. La lauréate doit s’engager à publier au moins une fois par mois au pendant 12 mois, un travail journalistique allant dans le sens de la défense des droits des femmes dans son support traditionnel ou dans un médium de son choix. A partir de 2022 plusieurs autres catégories seront en compétition.

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique