Cameroun - Innovation: Le Camerounais Noé Bakouba-Kaljop lance une startup qui permet de consommer «à crédit» et «bénéficier de petits prêts en espèce»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Feb-2021 - 08h12   5084                      
0
Noe Bakouba-Kaljop Noe Bakouba-Kaljop
Bank'Up qui est une filiale de la startup Française loan2cash (SAS 2 Cash) plafonne cette facilité à l’achat à cent mille francs CFA en fonction de la capacité d’endettement de chaque client.

Le salaire à lui tout seul est souvent difficile à régler tous les besoins sur un mois. Tant les imprévus peuvent surgir. Du coup, Noé Bakouba-Kaljop a lancé une idée novatrice à travers une startup, dont la filiale camerounaise s’appelle Bank ‘Up. Son mode opératoire, «achetez à crédit et payez plus tard».

Concrètement, il est question d’aider les utilisateurs et autres clients de cette innovation à pouvoir régler leurs facture en pharmacie en l’occurrence, de faire des achats dans de grandes surfaces, de renouveler une bouteille de gaz qui lâche au moment où à la maison, l’on passe des moments financiers difficiles, de changer les pièces automobile etc. «Nous proposons à nos utilisateurs d'acheter des produits et services auprès de certains de nos partenaires et de payer en 1, 2 ou 3 mensualités. Nous offrons la possibilité à nos utilisateurs (particuliers ou micro-commerces) de résoudre des problèmes survenus en urgence en leur permettant de bénéficier de petits prêts en espèce», explique l’équipe de management de la jeune pousse.

Bank'Up, filiale de loan2cash (SAS 2 Cash), une startup Française fondée par le Camerounais Noé Bakouba kaljop, a plafonné cette facilité à l’achat à cent mille francs CFA en fonction de la capacité d’endettement de chaque client. Les commerces partenaires sont payés aussitôt l’achat effectué. La Fintech envisage de faire plus de 250.000 transactions par mois et contribuer à bancariser plus de 5.000 petits commerçants utilisateurs de la solution dans les trois prochaines années. A cet effet, le fondateur de la startup qui est déjà présente au Rwanda à travers une filiale locale (loan2cash Rwanda Ltd),  déclare avoir commencé à nouer les premiers partenariats avec quelques établissements de micro finances au Cameroun afin d’atteindre les objectifs en vue. «Nos utilisateurs ont la possibilité de souscrire à nos produits de micro-assurance, conçus en partenariat avec des compagnies locales», soutient le promoteur.

Pour bénéficier des accompagnements, chaque client devra avoir un compte bancaire régulièrement fourni. C’est là où l’on prélèvera automatiquement. «Nous appliquons un taux d’intérêt de 2% mensuel de 50 mille par exemple payée sur une mensualité, le demandeur payera 51.420 francs, soit 1000 francs CFA de taux d’intérêt et 350 francs CFA hors taxe de frais de service».

Au sujet de ceux qui peuvent emprunter et cesser d’alimenter leur compte, «il peut arriver que pour une raison ou pour une autre, le compte ne soit plus approvisionné. En dehors des messages de rappel, nous pouvons signaler auprès de son fournisseur qu’il a fait preuve d’indélicatesse. C’est pour éviter d’avoir affaire aux payeurs indélicats que nous mettons à contribution nos partenaires bancaires et les EMF», explique l’équipe dirigeante de Bank ’Up.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique