Cameroun – Justice : Maurice Kamto va remettre sa robe d’avocat pour défendre ses camarades arrêtés lors des marches du 22 septembre 2020

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Apr-2022 - 10h30   9989                      
13
Maurice Kamto Droits réservés
Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun l’a annoncé au cours d’une conférence de presse ayant eu lieu le mercredi 14 avril 2022 à Yaoundé.

Las de voir libérer ses camarades du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) arrêtés et condamnés dans le cadre des manifestations pacifiques du 22 septembre 2020, le président de cette formation, Maurice Kamto, avocat de profession, a décidé de revêtir sa robe pour les défendre. D’après un article publié ce jeudi 14 avril par le quotidien Le Jour, il l’a annoncé au cours d’une conférence de presse tenue le 13 avril 2022 à Yaoundé. Il rejoint ainsi le collectif d’avocats Me Sylvain Souop constitué pour la défense des 103 militants du MRC encore détenus dans les geôles camerounaises à travers le pays.

« En me joignant au collectif, je sors du champ politique pour entrer dans le champ judiciaire et j’exercerai mon ministère dans le strict respect des règles de la profession du droit. A la fin, si les juridictions saisies ne disent pas le droit, ce ne sera pas parce qu’on n’aura pas fait un exposé conséquent de l’affaire avec les règles connues. Ma présence ne change rien à l’affaire parce qu’elle a déjà un caractère », a-t-il déclaré dans des propos relayés par le journal de Haman Mana.

Sur les raisons de cette décision, Maurice Kamto évoque la dimension humanitaire du serment d’avocat que partagent les membres du collectif Me Souop ; les demandes à répétition des familles, mais aussi le fait que les procédures quittent les juridictions militaires pour désormais se dérouler devant les juridictions civiles de droit communs. Il faut préciser que le collectif envisage de faire appel des condamnations de ces militants du MRC devant les cours d’appel des régions de l’Ouest (Bafoussam), du Littoral (Douala) et du Centre (Yaoundé).

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique