Cameroun - Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme: Le ministère des Mines organise un atelier de renforcement des capacités de son personnel à Douala

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-Apr-2021 - 12h31   1167                      
0
MINMIDT archives
Il s’est tenu le 29 avril 2021.

Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, un atelier de renforcement des capacités du personnel du ministère des Mines et du Développement Technologique (MINMIDT) a eu lieu à Douala. Le quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 30 avril 2021 rapporte que c’est le ministre des Finances (MINFI), Louis Paul Motaze, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de ces travaux le 29 avril 2021 à Douala.

Il avait à ses côtés, le secrétaire d'Etat auprès du ministre du ministre des Mines et du Développement Technologique, Fuh Calistus Gentry, le directeur de l’Agence nationale d’investigations financières (ANIF), Nde Sambone, entre autres.

D’après notre confrère, cet atelier se tient au lendemain de la validation du rapport de l’Évaluation nationale des risques (ENR), recommandant prioritairement la sensibilisation et la formation des acteurs dans leur domaine de compétences. Des acteurs qui, selon le MINFI, «ne bénéficient malheureusement pas toujours de formations axées sur les diligences requises en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme», peut-on lire dans les colonnes du journal.

Toutefois, «le rôle prépondérant joué par le MINMIDT pour faire bénéficier le Cameroun de retombées licites de l'exploitation légale de notre sous-sol en toute transparence est reconnu. Une transparence qui a donné lieu à des mesures lancées depuis janvier dernier, avec l'organisation des audits et autres suspensions de sociétés indélicates. Et le MINMIDT est à ce jour l'une des rares structures à échanger dans les délais raisonnables avec l'ANIF, lui permettant ainsi de mener à bien ses investigations», lit-on.

Mais il faut aller plus loin, «en se basant sur l'ENR, véritable autopsie du fonctionnement de notre dispositif, en mettant en application les actions prioritaires adoptées et contenues dans le document de stratégie nationale de renforcement de LBC/FT. L'évaluation a mis en exergue le risque élevé de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme dans le secteur minier, après une analyse froide des pratiques dans ce secteur, (exploitation illégale de l'or, commerce souterrain du diamant) qui alimentent les groupes rebelles et renforcent leur capacité d'action», note le journal.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique