Cameroun – Mesure: Jean Ernest Ngalle Bibehe interdit les mini-jupes et mini-robes dans les locaux de son département ministériel

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Jan-2022 - 09h11   7186                      
5
Jean Ernest Ngalle Bibehe Massena Wilson MUSA
Cette condition d’accès figure parmi d’autres qui sont entrées en vigueur depuis le début de cette année.

Le ministre des transports en guerre contre les mauvais accoutrements dans ses services. Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe a signé le 14 Janvier 2022 une note d’information contenant plusieurs décisions. Il demande à ses collaborateurs de ne recevoir les usagers qu’à partir de 11 heures. Il décide également que « l’entrée des participants aux réunions tenues au Ministère est subordonnée à la présentation d’une lettre d’invitation ou de tout autre document y afférent ».  

Le ministre Ngallé Bibehe cible aussi « les tenues indécentes (jupes et robes trop courtes, pantalons jeans déchirés, tenues sales, vêtements laissant apparaître certaines parties du corps) sont désormais proscrites ». Sur ce point, il suit la tradition instaurée depuis belle lurette dans les locaux des ministères du Cameroun où les responsables rappellent de temps à autre le code vestimentaire en vigueur.

En Novembre 2013, 6 ministres s’étaient insurgés contre le port des tenues indécentes par les jeunes filles et femmes. Marie Thérèse  Abena Ondoa (ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille), Louis Bapès Bapès (ministre des Enseignements Secondaires) Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt (ministre  de la Jeunesse et de l’Education Civique),  Ama Tutu Muna (ministre des Arts et de la Culture), René Emmanuel Sadi (ministre  de l’Administration territoriale et de la Décentralisation)  Issa Tchiroma Bakary (ministre  de la Communication) avaient effectué une communication conjointe dans le cadre d’une campagne contre l’indécence vestimentaire chez les jeunes filles. Le gouvernement menaçait de poursuites judiciaires celles qui exposeraient leurs dessous et d’autres parties du corps.

En 2015 la communauté Urbaine de Yaoundé (Cuy) et l’Agence du service civique national de participation au développement(Ascnpd), alarmés par le niveau inquiétant de l’indécence vestimentaire au Cameroun ont lancé une campagne dont le thème était : « un esprit neuf pour une ville durablement responsable ». Ses messages étaient placardés sur des panneaux publicitaires géants des grands carrefours de Yaoundé, Douala et Bafoussam.

 

 

 

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique