Cameroun - Mise au point: Le gouverneur de la région du Littoral dément la rumeur qui annonce des bandits armés à Douala

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-May-2021 - 07h02   1973                      
1
Le Gouverneur Samuel Ivaha Diboua dans son bureau A Bonanjo Facebook
Dans un communiqué publié le 10 mai 2021, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua dénonce des informations diffusées «pour alarmer désespérément nos paisibles populations».

Fausse alerte. Le gouverneur de la région du Littoral démonte des rumeurs distillées sur la toile ces jours-ci. A travers un communiqué publié le 10 mai 2021, Samuel Dieudonné Ivaha  Diboua fait savoir que «des informations circulent de plus en plus dans les réseaux sociaux faisant état de la présence des bandits armés dans certains quartiers de la ville». Il  signale qu’«après recoupement, il en ressort toujours qu’elles sont montées de toutes pièces pour alarmer désespérément nos paisibles populations» et «met en garde les auteurs desdits messages véhiculés dans les réseaux sociaux à des fins inavouées».

Le gouverneur du Littoral «invite les populations à vaquer normalement à leurs occupations, non sans rappeler que les Forces de maintien de l’ordre et de sécurité sont sur le terrain nuit et jour et ont pris toutes les dispositions nécessaires pour sécuriser les personnes et leurs biens».

Les informations contestées et diffusées via WhatsApp faisaient état de l’invasion du lieu dit «Rond-Point Deido» par des bandits armés qui entraient dans des véhicules et emmenaient  leurs passagers vers des destinations inconnues. L’auteur anonyme du message vocal appelait les populations à la vigilance. Le gouverneur du Littoral rappelle que la ville de Douala et le reste de la région sont bien tenus et ajoute qu’il existe un poste de police toujours occupé par des hommes en tenue au Rond-Point Deido. 

Au cours de la réunion de sécurité qu’il a tenue lundi dans ses services, le gouverneur Ivaha Diboua a soutenu que «rien ne se cache à Douala» et que s’il y avait eu les incidents qu’il conteste, on l’aurait su «dans les minutes qui suivent».

Ivaha Diboua explique que Douala a connu juste le temps d’un week-end le phénomène qu’on appelle «microbes» pas encore alarmant selon lui. «Ce n’est pas une histoire vécue seulement au Cameroun. En Afrique de l’Ouest, ils sont organisés d’une certaine manière. Je mets au défi tous ces internautes de nous indiquer un quartier où ils sont rassemblés pour pouvoir faire leur sale besogne».

 

 

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique