Cameroun - Opinion: La loi des finances 2022 a accéléré la vie chère ! (Par Louis Marie Kakdeu)

Par Louis-Marie KAKDEU | Correspondance
YAOUNDE - 06-Apr-2022 - 15h48   9128                      
1
Louis Marie Kakdeu LMK
La loi des finances 2022 nous a exposé davantage aux conséquences des chocs externes causés notamment par le Covid-19 et la guerre en Ukraine. Le « Made in Cameroon » ou la production locale avait été négligé dans les choix politiques en novembre 2021. On vous dira que le gouvernement avait fait beaucoup d’efforts à travers la prise de deux dispositifs majeurs que sont : (1) un cadre fiscal commun aménagé pour les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la santé humaine et animale et (2) un cadre spécial accordé à la production de la banane. De quoi est-il question et à qui cela profite-t-il ? Analysons ensemble !

Pour faire simple, le cadre fiscal commun en question fait référence aux exonérations des droits et taxes de douane à l’importation. Je précise qu’il s’agit encore et toujours des mesures qui favorisent les importations. Mais, de quoi maintenant ? Pour les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, il s’agit de l’exonération pour les « constructions préfabriquées » comme des serres destinées à l’agriculture et pour les semences améliorées. Mon Dieu ! Lorsque les Camerounais entendent « préfabriqués », cela leur rappelle la construction du stade d’Olembé à Yaoundé ! Donc, c’est un choix politique de créer la richesse ailleurs (produits finis) et de venir juste pour faire la pose au Cameroun ? Il ne manquait plus que ça dans le secteur de la construction afin que nous nous acheminions résolument vers 100% des importations ! Pour le cas d’espèce, le gouvernement donne des incitations pour importer des serres, des semences, c’est-à-dire tout ce que les chercheurs camerounais savent faire sur place au Cameroun dans nos universités et instituts. Si vous leur demandez, ils vous diront que personne n’est compétent au Cameroun ! Franchement, il faut craindre Dieu !

C’est d’ailleurs en droit ligne avec cette logique que le Ministre en charge de l’élevage a importé en grande pompe 100 porcs reproducteurs que l’on pouvait croiser dans nos laboratoires ! Je reprends encore : Les politiciens camerounais n’ont pas jugé utile en 2022 de financer nos laboratoires pour trouver des solutions locales à nos problèmes locaux. Ils ont choisi de dépenser notre argent pour importer des solutions palliatives et sans transferts de technologie, ce qui ne nous avance en rien ! Par exemple, les porcs dits « reproducteurs » là sont clonés et cela ne nous avance pas beaucoup !

Pour la santé animale, la loi des finances prévoie une exonération pour les vaccins, les médicaments, les logiciels à usage médical, etc. J’explique : Le Cameroun traverse une crise de grippe aviaire depuis 2016. Les dégâts se chiffrent en centaines de milliards de francs CFA. Les biochimistes camerounais disent que l’on peut soigner la grippe aviaire là au niveau local. D’ailleurs dans notre société traditionnelle, lorsque la poule avait la grippe, nos parents les soignaient. Nos chercheurs ont amélioré la solution. Ils disent que si l’on met juste un demi-milliard dans la construction d’un laboratoire moderne, cela nous permettra de résoudre ce problème à jamais ! Je reprends : le secteur avicole a déjà perdu des centaines de milliards alors qu’il faut juste un demi-milliard pour résoudre à jamais le problème ! Que font nos politiciens véreux ? Ils préfèrent importer les vaccins à usage vétérinaire qui ne suffisent pas à juguler le mal. Même les simples logiciels que l’on conçoit au Cameroun ne sont pas mis à contribution. Le gouvernement Cameroun a créé des écoles nationales polytechniques partout  à travers le pays sauf qu’il ne met pas à disposition le budget nécessaire à leur fonctionnement optimal.

Enfin, on nous met un régime particulier pour la banane. Entre nous : C’est la banane du Cameroun ? On mange ça ici ? On paie même les ouvriers à combien dans ces plantations-là ? Pardon, passons ! Mais, avant de passer, je voudrais quand même signaler que le gouvernement camerounais a suspendu l’impôt de ces sociétés multinationales pendant 7 ans et a gelé leurs dettes fiscales pendant 3 ans. Après cette période, ces entreprises auront un régime allégé accordé à la filière banane. Pourquoi ? Le gouvernement camerounais dit que la banane des multinationales fait notre fierté alors que personne au Cameroun n’a le privilège de la consommer ! J’explique : On ne vend pas la banane là au Cameroun ; même si tous les Camerounais mouraient de faim, on irait toujours nourrir d’autres privilégiés avec cette banane au lieu de la vendre localement.

Voilà donc, mes chers amis, ce que l’on appelle « dispositions pour soutenir les secteurs de l’agriculture, de l’élevage, et de la santé humaine et animale » dans la loi des finances 2022 au Cameroun.

A chacun de se faire son idée !

 

Louis-Marie KAKDEU est administrateur civil formé à l'école d'administration en Suisse (Idhéap). Enseignant de sciences de la communication à l’université de Maroua, il est également titulaire d’un doctorat PhD en sciences de la communication et un troisième cycle en administration publique (MPA).





Dans la même Rubrique