Cameroun – Politique inclusive: Grégoire Owona, Maurice Kamto, Toumaïno Ndam Njoya…, ont eu un conclave avec des parlementaires français à Yaoundé

Par Mathieu TCHITCHOUA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Jul-2022 - 23h20   17135                      
6
Parlementaires français et politiciens camerounais Anne Feconde Noah/Facebook
Les responsables des partis politiques, toutes chapelles confondues, se sont entretenus dans la soirée du mardi 26 juillet 2022 avec des élus français de la majorité présidentielle, sur des sujets d’intérêts communs portant sur la démocratie.

La plupart des partis, parmi les plus représentatifs de la scène politique camerounaise, étaient présents dans la soirée du mardi 26 juillet 2022 au « Village Noah » à Yaoundé, pour une réunion de concertation avec des parlementaires français de la majorité présidentielle. Ces parlementaires étaient conduits par les députés Amélia Lakrafi, M Funchs Bruno, M Thomas Gassilloud, et le sénateur Édouard Courtial.

Le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) y était représenté par Grégoire Owona, secrétaire général adjoint à la Communication du parti ; de Maurice Kamto le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) ; de Toumaïno Ndam Njoya, la présidente de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC), de Adeline Djomgang, la secrétaire générale du Social Democratic Front (SDF) ; ou encore de Anne-Féconde Noah, la porte-parole de Cabral Libii, le patron politique du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN).

D’après un communiqué publié mardi soir par la militante du PCRN, les acteurs de ce conclave ont abordé divers sujets, notamment « la configuration politique du parlement français, de la vie politique française depuis la mise en minorité des grands partis traditionnels, qui a entraîné la montée des politiques des extrêmes ; et du paysage politique Camerounais sous divers angles », précise Anne-Féconde Noah.

Concrètement, la problématique de la réforme du système électoral cher aux partis d’opposition a été abordée, et il s'est agi dans un premier temps d'inviter la France à partager son expérience avec le Cameroun sur les pratiques électorales, qui pourraient réduire les crises post-électorales aux conséquences imprévisibles.

« Nous avons conclu ce propos en invitant la France à mettre sa stature internationale à contribution ainsi que son influence auprès du président Paul Biya, pour que le code électoral soit révisé. Le peuple camerounais veut un jeu électoral équitable et transparent », renchérit la porte-parole de Cabral Libii.

 

Auteur:
Mathieu TCHITCHOUA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique