Cameroun - Rapatriement : 60 Camerounais présumés en situation irrégulière aux Etats-Unis regagnent le bercail le 4 février 2021

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Feb-2021 - 07h00   6630                      
1
Les migrants à l'aéroport de Douala UE
Ils vont atterrir à l’aéroport de Douala par un vol spécial de la compagnie Omni Air International.

Fin de séjour pour 60 Camerounais présumés en situation irrégulière aux Etats-Unis d’Amérique. Dès le 4 février prochain, ils fouleront le bercail par vol spécial de type Boeing 767-200 de la compagnie Omni Air International. C’est la substance d’une note du chef d’antenne du ministère des Relations extérieures (MINREX) du Littoral, adressée le 29 janvier 2021 au directeur de l’aéroport international de Douala.

La note précise que l’opération d’accueil sera encadrée par plusieurs administrations. Notamment les services de maintien de l’ordre et de sécurité à qui il est demandé de prendre des dispositions particulières, « eu égard au contexte socio-politique, sécuritaire et sanitaire que traverse le pays ».

Les expulsions des Camerounais présumés en situation irrégulière aux USA sont devenues récurrentes ces dernières années. En octobre et novembre 2020, près de 100 Camerounais ont été expulsés au bercail par des agents des services d’immigration américains. Une situation qui a suscité l’indignation de Human Rights Watch (HRW). Dans un rapport rendu public le 18 décembre 2020, l’ONG de défense des Droits de l’Homme a appelé le gouvernement américain à cesser d’expulser ces Camerounais vers leur pays.

Pour HRW, les différentes crises sécuritaires qui secouent le pays ne sont pas de nature à garantir leur sécurité une fois de retour au pays. «Le gouvernement américain devrait suspendre les refoulements vers le Cameroun à cause des graves menaces pour leur vie et leur liberté auxquelles les Camerounais seraient exposés à leur retour dans leur pays», a déclaré Ilaria Allegrozzi, chercheuse senior sur l’Afrique centrale à HRW. 

«Outre un risque généralisé de subir de graves dommages en raison de l’actuel climat de violence dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a-t-elle poursuivi, les personnes renvoyées au Cameroun sont également confrontées au risque de tortures et de mauvais traitements du fait de leur opposition, réelle ou supposée, au gouvernement».

HRW estime que ces Camerounais, autant que les ressortissants des pays étrangers en situation irrégulière sur le sol américain, devraient se voir octroyer un statut de «protection temporaire, destiné à préserver les citoyens et les résidents habituels de pays qui traversent des circonstances extraordinaires et temporaires».

Auteur:
Frédéric NONOS
 @t_b_a
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique