Cameroun - Ras-le-bol/Michel Thierry Atangana (ex-détenu de Kondengui): «J’ai été abandonné par la France. Aujourd’hui cette situation perdure»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-May-2021 - 13h14   12603                      
21
Michel Thierry Atangana Capture d'écran
Le français d’origine camerounaise vient de publier un ouvrage dans lequel il revient sur sa longue détention de 17 ans à Yaoundé.

Michel Thierry Atangana refait surface sept ans après. Le français d’origine camerounaise avait été libéré en février 2014 après avoir passé 17 années derrière les barreaux pour une affaire de détournement de fonds publics.

L’expert financier vient de publier ‘‘Otage judiciaire’’, un livre dans lequel il revient sur sa détention jugée arbitraire par plusieurs ONG, y compris le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.

M. Thierry Atangana était invité ce 23 mai 2021 sur le plateau de la chaîne France 24. L’occasion pour lui de revenir sur sa situation qu’il juge désespérante.

«J’attendais le soutien de la France, et je ne l’ai pas eu. J’ai été abandonné par la France, aujourd’hui cette situation perdure. Il y a eu un dysfonctionnement volontaire du Quai d’Orsay qui ne voulait pas reconnaitre ma situation de victime et non de coupable», a déclaré celui qui a passé 17 ans dans une pièce d’à peine 7m2 à la prison secondaire de Yaoundé, logée au Secrétariat d’Etat à la Défense (SED).

Il reproche à la France, son pays d’adoption, de n’avoir pas tout mis en œuvre pour obtenir sa libération plus tôt. Il affirme notamment que Paris, qui s’est toujours investi pour faire respecter les droits des citoyens français à travers le monde, a pratiqué sur son cas, une politique de deux poids deux mesures.

Depuis sa sortie de prison, l’ancien bras droit de Titus Edzoa, ancien Secrétaire Général de la Présidence – qui a aussi passé 17 ans en prison – vit un véritable calvaire. En plus ne pouvoir avoir accès à ses comptes bancaires, il lui est possible de travailler.

«Je suis un prisonnier dehors, je n’ai pas de droit, mes comptes son scellés, je ne peux pas travailler. Ce que je demande, c’est de pouvoir avoir la liberté revivre, travailler, je demande la réhabilitation totale», demande-t-il.

Ci-dessous, l’interview de Michel Thierry Atangana à France 24:

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique