Cameroun – Sanction: Le Bâtonnier par intérim de l’Ordre des avocats ferme le siège du « Barreau d’Affaires du Cameroun »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Jun-2021 - 15h03   5014                      
0
Le logo de l'association « Barreau d’Affaires du Cameroun » Facebook
Me Claire Atangana Bikouna dénonce une association qui fonctionne dans l’illégalité.

Le siège de l’association « Barreau d’Affaires du Cameroun » sis à Yaoundé est désormais fermé. Il a été scellé le 14 Juin 2021 par les autorités administratives. Dans le communiqué qui l’annonce, le Bâtonnier de l’Ordre des avocats par intérim, Me Claire Atangana Bikouna,  justifie cet acte par « le premier résultat des poursuites pénales engagées par le Barreau du Cameroun contre cette association illégale ainsi que son promoteur ».   

Le Barreau  du Cameroun avait tiré la sonnette d’alarme après un passage du fondateur de l’association incriminée, Siméon Wachou, sur l’antenne de la CRTV-Télé. Le 3 Mai  2021, Pierre Robert Fodjou, représentant du bâtonnier pour les régions de l’Est,  du Sud et du Centre, obtenait un droit de réponse  sur le même média. Voici ce qu’il déclarait : « Le terme « Barreau » est exclusivement réservé à l’organisation professionnelle des avocats. On ne peut pas avoir deux Barreaux au Cameroun aujourd’hui. D’ailleurs, tous les pays ou toutes les villes qui comptent des Barreaux sont uniquement des regroupements professionnels réservés aux avocats qui pratiquent la profession d’avocat. Cette association prétend être investie d’une certaine autorisation des autorités. Ce qui est faux. C’était une grosse affabulation puisque le récépissé de déclaration de cette association a été retiré par le préfet du Mfoundi depuis le19 Septembre 2019 sur instruction du ministre de l’administration territoriale saisi à l’époque par le feu Bâtonnier Charles Tchakounté Patié. En réalité c’est du gangstérisme juridique. C’est même de la contrefaçon,  j’allais dire intellectuelle, que pratique cette association ». L’homme en robe annonçait par la même occasion  que « Le Barreau d’affaires du Cameroun »  était poursuivi devant le Tribunal de Première instance de Yaoundé Centre administratif.  

Quant à Siméon Wachou, il a réagi à travers une publication postée sur son compte Facebook le 14 Juin en mi-journée. Voici le contenu de la « clarification » adressée  à l'Ordre des Avocats au Barreau du Cameroun, à  l'opinion nationale et internationale : « La liberté d'association est un droit constitutionnel. Elle tire son fondement du Pacte civil international relatif aux droits civils et politiques. Elle est contenue dans le préambule de la constitution. Elle s'impose à l'Etat! Une Association acquiert la personnalité juridique (existence légale) 02 mois après sa déclaration auprès des services du Préfet. Lorsque l'Etat n'accepte pas une déclaration d'association  il le fait savoir avant l'expiration du délai de 02 mois sus-cités en notifiant par écrit le Président ou tout responsable de l'association qui l'a saisi! Lorsque je passe sur le plateau de la CRTV en 2020 pour parler de l'association Barreau d'affaires national du Cameroun, c'est parce que ladite association avait fait l'objet de déclarations auprès des services de la Préfecture comme la loi l'exige! Le retrait du récépissé d'une association déclarée n'a en droit aucun effet sur son fonctionnement ! La déclaration de l'association Barreau d'affaires national du Cameroun du 13 Mars 2019 (Préfecture du Mfoundi) vaut autant que celle du 11 Mai 2020 (Préfecture de la Mefou et Akono) ».

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique