Cameroun/Tchad – Transaction: Paul Biya serait prêt à racheter les actions du Tchad dans le pipeline Tchad-Cameroun

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Feb-2021 - 15h48   3386                      
0
Pipeline Tchad-Cameroun archives
Le journal Africa Intelligence croit savoir que le chef de l’Etat tchadien Idriss Deby se voit obliger de céder ses parts en raisons de la dette colossale que son pays traîne et des difficultés générées par la pandémie du Covid-19.

« Biya en passe de racheter les actifs pétroliers d'un président Déby en pleine déroute économique ». C’est le titre d’un des articles du journal Africa Intelligence paru ce 24 Février 2021. Notre confrère annonce que la SNH (Société Nationale des Hydrocarbures) « est candidate à la reprise d'une partie des actions du Tchad dans le pipeline Tchad-Cameroun, qui relie les champs pétroliers de Doba au port de Kribi ».

Le journal disponible par abonnement fait état d’une négociation entamée « en toute discrétion »  au début de l’année 2018. Elle concernait, apprend-on, « la vente de la moitié de la participation de la Société des hydrocarbures du Tchad  (SHT)  dans  l'oléoduc  Tchad-Cameroun ». Une négociation qui  s'est  accélérée  ces  dernières semaines, à en croire Africa Intelligence.

SHT pèse  21 % dans la joint-venture Cameroon Oil Transportation Co (Cotco), qui rassemble ExxonMobil (41 %), Petronas (30 %) et deux Etats que sont le Cameroun (5 %) et le Tchad (2,7 %).

« La Société nationale des hydrocarbures (SNH) camerounaise est candidate à la reprise d'une partie des actions détenues par SHT dans Cotco. Dans un courrier daté du mois de janvier 2021 qu'Africa Intelligence a pu consulter, la société de conseil tchadienne chargée de la négociation Galileo Négoce & Conseil indique à SHT  que  la  SNH  est  prête  à  payer  150  milliards  de  francs  CFA  (environ 230 millions d'euros) pour cette transaction », lit-on dans l’article paru ce mercredi.

Le cabinet Galileo est le conseil de la SHT sur cette transaction depuis le début de l'opération, initialement destinée à éponger une partie des dettes dues au trader Glencore, principal créancier du Tchad. Au début des discussions en 2018, le ministre de l'énergie tchadien d'alors Béchir Madet avait contacté le directeur général de la SNH, Adolphe Moudiki, pour échanger sur la possibilité du rachat des actions de son pays, « sans qu'aucun montant ne soit évoqué ». Puis les négociations ont traîné avant que le président Idriss Déby, pris à la gorge par  la crise économique engendrée par le Covid-19, qui secoue le Tchad, les relance.

« Opérationnel  depuis  2003,  le  pipeline  Tchad-Cameroun  relie  les  champs pétroliers de Doba au port de Kribi et permet d'acheminer près de 40 millions de barils/an  produits  au  Tchad  par  China  National  Petroleum  Corp  (CNPC), ExxonMobil ou encore Petronas. Il octroie à Cotco d'importants droits de transit (Africa Intelligence du 07/01/20), notamment grâce aux renégociations régulières à la hausse de ces tarifs, largement encouragées par le président camerounais Paul Biya. En janvier, la SNH - qui gère les droits de l'Etat dans le domaine pétrolier - a annoncé que le trésor public camerounais avait encaissé 30,71 milliards de francs CFA au titre du droit de transit en 2020, contre 29,97 milliards en 2019 », fait savoir Africa Intelligence.

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique