Cameroun/Tchad: Un policier camerounais arrêté à Ndjamena pour traffic de stupéfiants

Par Bernard BANGDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Aug-2022 - 19h30   4271                      
6
Le Policier arrete au Tchad SAH
L’officier de police de 2ème grade Jean Claude Maina a été interpellé alors qu’il tentait d’écouler la marchandise, d'une valeur de 3 millions de FCFA

Le 30 juillet 2022, un officier de police de 2eme grade camerounais a été interpellé à Ndjamena, la capitale du Tchad, en possession d’une importante quantité de stupéfiants de marque Tramadol. Selon le trihebdomadaire du grand Nord L’œil du Sahel qui rapporte l’information dans son édition du mercredi 3 août 2022, Jean Claude Maina, en service au commissariat de sécurité publique de Kousseri dans le Logone et Chari, « des sources sécuritaires tchadiennes affirment qu’il était en possession d’un sac de tramadol d’une valeur de 3 millions de FCFA qu’il tentait d’écouler dans la capitale tchadienne ». Notre confrère indique par ailleurs que « depuis son interpellation, Jean Claude Maina, 2ème adjoint au commissaire de sécurité publique de Kousséri, croupit dans une cellule du commissariat central de la ville de Ndjamena ».

Une situation qui met en branle les autorités camerounaises. L’œil du Sahel révèle d’ailleurs que « le dossier a été confié au 2ème conseiller de l’Ambassade du Cameroun au Tchad à qui mission a été donnée d’entreprendre des démarches pour que le suspect soit mis à disposition des autorités camerounaises ». Notre confrère rapporte que les autorités tchadiennes refusent d’accéder à cette demande de la partie camerounaise. Selon des sources tchadiennes, « il est question d’exploiter le suspect qui pourrait n’être qu’un maillon d’une longue chaine dont nous traquons les commanditaires depuis quelques semaines ».

Alors que nous allions sous presse, Cameroon-Info.Net a appris que les services tchadiens commençaient à cueillir les fruits de leur patience. En effet, susurre-t-on à Ndjamena, « C’est à la suite d’un renseignement que les forces de défense et de sécurité du Tchad lui ont tendu une embuscade. C'est comme ça qu’il a été cueilli avec son colis une fois la frontière franchie », souffle une source sécuritaire tchadienne. Qui indique que « le suspect ne pas être le seul policier camerounais à profiter de la porosité de la frontière pour faire des affaires illégales ». Les Tchadiens soupçonnent d’ailleurs « de nombreux fonctionnaires de police et d’autres corps en service à Kousseri de ne pas solliciter une affectation parce qu’ils trouvent l’endroit juteux ». Certains vont plus loin en révélant que « la silhouette de Jean Claude Maina est régulièrement aperçue au pont Ngueli, passage obligé entre le Cameroun et le Tchad et haut lieu de trafic ».

Pour rappel, souligne L’œil du Sahel, Jean Claude Maina n’est pas le premier fonctionnaire de police soupçonné d’être impliqué dans un trafic de tramadol, une drogue particulièrement prisée dans les régions septentrionales. Il y a quelques années, un commissaire de police de Maroua avait perdu ses galons après avoir été dénoncé par ses collaborateurs. Ils lui reprochaient la vente des stocks de Tramadol issus de scellés d’une saisie qu’il avait lui-même organisée.

Bernard Bangda

Auteur:
Bernard BANGDA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique