CAN Cameroun 2021/Africa 24: Salima Mukansanga, la touche feminine de l’arbitrage

Par | Africa 24
YAOUNDE - 19-Jan-2022 - 16h00   12234                      
13
CAN 2021: Salima Mukansanga Reuters
L’arbitre rwandaise Salima Rhadia Mukansanga est entrée dans l’histoire du football africain en devenant la première femme à arbitrer un match en phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations masculine.

Salima Rhadia Mukansanga, ce nom peu connu du grand public, fait partie de la fine fleur de l’arbitrage africain. À 35 ans, Salima Rhadia Mukansanga est entrée dans l’histoire du football africain en dirigeant le match de la troisième journée du groupe B de la CAN 2021 entre le Zimbabwe et la Guinée ce mardi 18 janvier 2022 au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. L’arbitre rwandaise faisait partie d’un quatuor féminin sélectionné comme arbitre lors du match. Les arbitres assistantes Carine Atemzabong (Cameroun) et Fatiha Jermoumi (Maroc) ainsi que l’arbitre VAR Bouchra Karboubi (Maroc) complètent le quatuor féminin. Une première dans cette compétition vieille de 65 ans.

 

Salima Rhadia Mukansanga, une pionière

C’est la première fois qu’une équipe entièrement féminine arbitre un match à la Coupe d’Afrique des Nations masculine depuis la création de la compétition.Eddy Maillet, responsable des arbitres de la CAF, a tenu à saluer le travail de la jeune femme, qui a « travaillé exceptionnellement dur ». « Nous savons que pour une femme, elle a dû surmonter de sérieux obstacles pour atteindre ce niveau et elle mérite beaucoup de crédit. », a-t-il déclaré. Pour Eddy Maillet, le choix de Salima Rhadia Mukansanga est un message d’espoir pour les jeunes filles d’Afrique qui sont passionnées de football. « Ce moment n’est pas seulement pour Salima, mais pour toutes les jeunes filles en Afrique. », a confié, le responsable des arbitres de la CAF.

Le 10 janvier 2022, Salima Rhadia Mukansanga avait déjà marqué l’histoire en devenant la première femme à officier lors d’un match de la Coupe d’Afrique des Nations masculine en tant que quatrième arbitre de la rencontre entre la Guinée et le Malawi au stade de Kouekong à Bafoussam.

CAN 2021: Salima Mukansanga (c) AFP

 

Les débuts dans l’arbitrage

Dans sa jeunesse, Salima Mukansanga ne s’intéressait pas au football. Le basket était sa passion. « J’aimais le basket-ball et je voulais le prendre très au sérieux, mais l’accès aux infrastructures et aux entraîneurs de basket-ball était difficile. C’est ainsi que j’ai fini par arbitrer, ce que je n’ai d’ailleurs jamais regretté», indiquait-elle en 2019 au journal rwandais New Times.

CAN 2021: Salima Mukansanga (c) Getty

C’est en dernière année de lycée que Salima Mukansanga commence à s’intéresser à l’arbitrage. Un an après le lycée, elle obtient son premier certificat d’arbitrage. À ses débuts en 2008, Salima Mukansanga a officié dans des rencontres de deuxième division rwandaise tant chez les hommes que chez les femmes. Parallèlement, elle mène des études pour l’obtention d’une licence en soins infirmiers et sage-femme. En 2012, elle est promue arbitre par la CAF et commence à prendre part à diverses rencontres de clubs sur tout le continent, voire des matches de sélection, mais en tant qu’arbitre assistante.

 

Faire de sa passion une réalité

En 2014, sa vie prend un tournant décisif lorsqu’elle officie pour la première fois comme arbitre centrale d’un match à l’international, celui opposant la Zambie à la Tanzanie. Une rencontre comptant pour les qualifications au Championnat d’Afrique féminin 2014. Une rencontre qu’elle décrit comme étant son grand moment : « C’est grâce à la façon dont j’ai géré ce match que j’ai prouvé ma capacité à diriger des rencontres à n’importe quel niveau sur le continent »,explique-t-elle.

CAN 2021: Salima Mukansanga (c) Getty

Salima Mukansanga poursuit sa progression en participant aux Jeux africains de 2015 à Brazzaville au Congo, où elle arbitre le match d’ouverture et la demi-finale. La même année, elle participe à la Coupe Cecafa féminine des nations en Ouganda. En 2016, elle est l’une des 47 arbitres retenus pour la Coupe d’Afrique des nations féminine de football, où elle dirige la finale. Elle est ensuite choisie comme seule Africaine lors de la Coupe du monde féminine des moins de 17 ans en Uruguay en 2018. En 2019, elle est sélectionnée pour la Coupe du monde féminine en France. Dans la liste des arbitres internationaux de la Fifa, elle a été choisie l’été dernier pour arbitrer le football féminin aux JO de Tokyo 2020. Et ce 18 janvier 2022 au Stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé au Cameroun, elle entre dans l’histoire en devenant la première femme arbitre centrale d’un match de phase finale de la CAN masculine. 





Dans la même Rubrique