Côte d’Ivoire - Politique: Une association ivoirienne demande l’arrestation de Laurent Gbagbo à son retour à Abidjan

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Jun-2021 - 13h53   5501                      
15
L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo entouré par ses avocats lors de l'audience à la CPI pour sa demande de lib ANP/AFP/Jerry LAMPEN
Le président de la CVCI estime que la justice ivoirienne peut réactiver les dossiers qui pèsent contre l’ancien Président.

Le retour annoncé de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire semble désormais hypothétique. Le 31 mai 2021, M. Assoa Adou, secrétaire général du FPI (Front Populaire Ivoirien), le parti de l’ancien Président ivoirien, a annoncé pour le 17 juin prochain le retour à Abidjan du prédécesseur d’Alassane Ouattara.

Réagissant à cette annonce, plusieurs membres du gouvernement ivoirien ont exprimé leur surprise. Joint au téléphone par la radio française RFI, Kouadio Konan Bertin, ministre de la Réconciliation Nationale, a dit ne pas être informé par le retour de l’ancien Président. Ce dernier est pourtant partie prenante des négociations avec le FPI dans le cadre du retour de M. Gbagbo.

Même son de cloche chez Amadou Coulibaly, le porte-parole du gouvernement. Contacté également par RFI, le ministre ivoirien de la Communication a déclaré: «Ce que nous avions convenu, c’est que la date devait être choisie de façon consensuelle. Donc, pour nous, il n’y a pas de date», a-t-il dit avant d’ajouter: «Je ne sais pas comment il arriverait à cette date du 17 juin si aucune disposition n’est prise pour son accueil».

Protestations

Au même moment, le Collectif des Victimes de Côte d’Ivoire (CVCI) souhaite l’arrestation de l’ex-Chef de l’Etat à son arrivée en Côte d’Ivoire. Pour Issiaka Diaby, le président de CVCI, Laurent Gbagbo devrait être incarcéré dans le cadre de l’affaire du braquage de la BCEAO, pour laquelle il avait été condamné en 2018 à 20 ans de prison.

M. Issiaka Diaby estime par ailleurs que l’ancien Président peut faire l’objet des poursuites judiciaires en rapport avec les violences post-électorales de 2010-2011, qui avaient coûté la vie à 3000 personnes.

«Ceux qui disent que la Cour Pénale a déjà jugé et acquitté Laurent Gbagbo, nous attendons qu’ils nous démontrent dans la décision de la CPI si la justice pénale ivoirienne n’a plus le droit d’agir contre Laurent Gbagbo si les faits lui sont reprochés», indique le président de CVCI.

Pour mémoire, Laurent Gbagbo a été acquitté en mars dernier par la CPI des accusations de crimes contre l’humanité. Début avril, le Président Ouattara a déclaré que son adversaire politique pouvait rentrer en Côte d’Ivoire après 10 ans d’exil forcé.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique