Tchad - Transition: Le fils d’Idriss Déby ressuscite la fonction de Premier Ministre et nomme l'ancien occupant du poste

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Apr-2021 - 14h12   8422                      
0
Albert Pahimi Padacké Archives
Le chef de la junte militaire au pouvoir a désigné ce 26 avril 2021, Albert Pahimi Padacké, qui avait déjà occupé le poste sous le défunt Président.

Les choses s’accélèrent au Tchad moins d’une semaine après la mort au combat du Président Idriss Déby Itno. Son fils, le général Mahamat Idriss Déby, qui dirige le Conseil Militaire de Transition (CMT) a nommé lundi matin, un nouveau Premier Ministre.

Il s’agit d’Albert Pahimi Padacké (54 ans), qui avait déjà occupé le poste entre février 2016 et mai 2018. Il avait perdu son poste suite à la révision constitutionnelle de 2018 qui avait supprimé la fonction de Premier Ministre.

Entré depuis dans l’opposition, M. Pahimi Padacké avait brigué le mandat de Président de la République à l’occasion du scrutin du 10 avril dernier. Les résultats de ladite présidentielle le classent 2è avec 10,32% des suffrages exprimés, loin derrière le Président Déby qui a obtenu 79,32% des voix.

Au Tchad, son retour à la Primature est diversement apprécié. Certains y voient une volonté de maintenir les équilibres sur le plan politique et social. Outre sa casquette d’opposant, l’ancien nouveau Premier Ministre est en effet originaire du Sud du pays.

C’est une continuité du «système Déby», dénonce l’opposition tchadienne. Réunis ce matin à Ndjamena, plusieurs leaders de l’opposition ont maintenu l’appel en vue d’une grande mobilisation mardi, pour exiger le transfert du pouvoir aux civils. «Le recycle ne peut nous permettre d’aller de l’avant», a déclaré sur RFI, Succès Masra président du parti des Transformateurs.

Le nouveau Chef du gouvernement a pour mission la formation rapide d’un gouvernement. «Ce qu’il faut mettre en avant, c’est l’intérêt majeur de notre peuple, son unité, sa stabilité et la paix (…) Je préfère être la caution civile de la paix et de la stabilité de notre pays. Il ne faut pas voir la situation en termes de militaires ou civils. La situation d’aujourd’hui n’appelle pas de divisions militaires/civils», a déclaré Albert Pahimi Padacké sur les antennes de Radio France Internationale.

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique