Cameroun - Daniel Claude Abate (Président du MECAM) : «La plupart des hommes d’affaire camerounais s’engagent automatiquement en politique»

Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net
- 10-Mar-2015 - 16h27   48171                      
3
S’exprimant au cours de la sixième session du Cameroon Business Forum, ce lundi 9 mars 2015 à Douala, le président du Mouvement des entrepreneurs du Cameroun (Mecam) a recommandé aux opérateurs économiques camerounais de s’éloigner de la politique pour favoriser la bonne marche de leurs affaires.

Dans l’exposé qu’il a présenté lors de la 6ème édition du Cameroon Business Forum qui s’est tenu ce lundi 09 mars 2015 à Douala, Daniel Claude Abate, président du Mouvement des entrepreneurs du cameroun (Mecam),  a déploré la grande tendance des hommes d’affaires camerounais à s’engager en politique.  « Au Cameroun, on ne sait plus véritablement qui est politicien, qui est homme d’affaire. La plupart des hommes d’affaires qui émergent deviennent automatiquement soit maire, soit député par leur propre volonté ou par la volonté de la société. » Déplore le Directeur du cabinet « Compétences » qui pense que la politique et les affaires ne sauraient faire bon ménage. « A la fin, on a l’impression à un moment qu’ils consacrent plus de temps à la politique et que leurs affaires périclitent », remarque-t-il. Il a appelé à copier les exemples des plus grands hommes d’affaires  au monde (Bill Gate, Alico Dangote, Bolloré…) qui n’ont jamais flirté avec le monde de la politique.

Daniel Claude Abate a également déploré, le manque d’organisation du secteur privé, le manque d’éthique dans le milieu des affaires ainsi que la faible structuration des organisations patronales. « Nous avons une disparité d’organisations du secteur privé qui parlent toutes au nom du secteur privé. Parfois, vous avez des voix multiformes. Vous avez des problèmes d’éthique avec beaucoup  d’hommes d’affaires véreux qui côtoient des hommes d’affaires sincères, vous avez  beaucoup d’hommes d’affaires fictifs qui côtoient des hommes d’affaires réels, des entrepreneurs qui créent une entreprise parce qu’ils ont gagné une prestation de l’Etat et referment le lendemain, vous avez même des gens qui ne sont pas en règle avec les banques ou avec le fisc qui côtoient le milieu des affaires », fustige celui pour qui le monde des affaires au Cameroun est « finalement un panier à crabe dans lequel les hommes d’affaires honnêtes organisés, structurés côtoient des débrouillards et autres ». Des problèmes de structuration à l’intérieur des organisations patronales qui selon lui n’offrent pas suffisamment de services, amènent beaucoup d’entreprises à ne pas les intégrer. « Nos organisations n’offrent pas suffisamment de services et d’accompagnement pour que les hommes d’affaires trouvent cela intéressant », déplore-t-il.

Dans ses recommandations, le président de l’organisation patronale propose   aux Hommes d’affaires de se détourner de la politique qui peut constituer un grand frein à la bonne marche de leurs affaires. Il propose aussi  de mettre sur pied un code éthique qui va permettre d’assainir les mœurs et les pratiques dans les milieux des affaires et à mettre à la touche les entrepreneurs qui ne respectent pas l’éthique et la déontologie en matière d’affaires. La 6ème édition du Cameroon Business Forum a été présidée par Philémon Yang, Premier Ministre, en présence d’une quinzaine de ses collègues du Gouvernement. Le thème retenu pour cette année était : « Soutenir  la croissance à travers la mise en œuvre des réformes ».

Wiliam Tchango, Cameroon-Info.Net

Auteur:
Wiliam TCHANGO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 2
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique