Job Théophile Kwapnang (maire de Douala 3) sur la décentralisation : « Il ne faut pas qu’on passe le temps à tromper les camerounais» 

Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Jan-2018 - 13h28   3543                      
0
La promesse faite par Paul Biya dans son discours de fin d’année d’accélérer le processus de décentralisation est perçue par beaucoup de patrons de mairies comme un discours. Invité du journal de 7 heures sur Radio Equinoxe ce mercredi 3 janvier 2018, le maire de la Commune de Douala 3ème souhaite qu’on laisse aux maires la possibilité de satisfaire les besoins de leurs populations. Entretien avec Sylvestre Zangawou.

 

 

Monsieur le maire, bonjour !

Bonjour

Etes-vous satisfait de cette sortie du Chef de l’Etat qui prescrit l’accélération du processus de la décentralisation ?

Ecoutez, on ne peut pas être satisfait parce qu’au Cameroun, nous sommes habitués à des promesses jamais tenues. Pour l’instant, ce n’est qu’une promesse comme d’habitude, on attend de voir la réalisation.

Plusieurs membres du gouvernement affirment que le transfert de compétence de l’administration centrale aux collectivités territoriales décentralisées est déjà effectif à un bon pourcentage. Est-ce réellement ce que vous vivez sur le terrain ?

Il ne faut pas qu’on passe le temps à tromper les camerounais. On vous parle des transferts de compétence et après c’est tenu de l’autre côté par commission de passation de marchés et à la fin, on finit toute une année sans avoir rien fait. Ce transfert de compétence, il faut qu’il soit effectif et  en plus, il faut qu’on permette aux maires de mettre leurs politiques en place. Parce qu’imaginez-vous, si on prend seulement l’exemple des centimes additionnels communaux  reversés aux Communautés urbaines, 40% devraient être retournés aux communes d’arrondissements, on n’a jamais rien eu. Imaginez-vous encore  un seul instant que la Communauté urbaine seule se mette 60 milliards de budget alors que toutes les six communes d’arrondissements de Douala n’arrivent pas à faire 10 milliards.  Nous avons réclamé sans cesse qu’on nous retourne seulement ne serait-ce qu’un milliard par an et vous verrez que toute la ville de Douala sera en chantier. On concentre tout sur une seule personne qui n’a pas de compte à rendre à la population alors que nous les élus, on trime.

S’il fallait prendre le Chef de l’Etat aux mots, qu’entendez-vous par accélération ?

Accélération pour moi, c’est que ce soit effectif en réalité et pas que ce soit toujours sur le papier. Que ce soit vraiment effectif, il ne faut pas que ce soit toujours des vains mots écrits toujours sur le papier et jamais appliqués sur le terrain.

En attendant que la décentralisation soit effective, est-ce que les moyens actuellement à votre disposition ne peuvent pas vous permettre d’apporter un début de solution aux problèmes de vos populations ?

Imaginez-vous Sylvestre que dans une Commune comme Douala 3ème, qu’on ne puisse même pas avoir 50 millions par an. Nous avons besoin de plus de facilités financières pour pouvoir agir, pour pouvoir rendre nos concitoyens à l’aise. Si à Douala 3 on avait un seul milliard par an, ça nous permettrait d’investir réellement sur des voies de circulation, on devait faire des bornes fontaines partout. Malheureusement, nous avons de bonnes volontés mais nous n’avons pas de liquidité sous la main. Aujourd’hui, il faudrait qu’on laisse la possibilité aux maires de mettre en place leurs politiques. Ils sont proches de la population, c’est eux qui ont été élus, c’est eux qui savent les problèmes de leurs populations…

Auteur:
Wiliam TCHANGO
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique