Nouveau Gouvernement: week-end ambiancé dans les résidences ministérielles

Par FLORIANE PAYO | Dikalo
- 14-Dec-2004 - 08h30   55764                      
0
Les nouveaux ministres du deuxième septennat de Paul Biya continuent de fêter leur promotion...
Le domicile du ministre des Sports et de l’Education physique sis au quartier Nlongkak ne désemplit pas. Le nombre de visiteurs a triplé pendant le week-end. Amis, proches, curieux, voisins, des journalistes sportifs sans oublier les cadres du Minjes, chacun arrive à son tour pour féliciter le nouveau ministre qui était jusqu’à la date de sa nomination, chargé de missions à la présidence de la République. Les youyous, des cris de joies ont continué à se faire entendre et l’on pouvait suivre dans la foule des propos tels que "la jeunesse est en haut, nous sommes gâtés à jamais, n‘est-ce pas je t’avais dit....” Quelques minutes après, Philippe Mbarga Mboa peut enfin se soustraire de ses nombreux invités et dire un mot à la presse. Il reconnaît que cette nomination est une surprise pour lui “oui, j’ai été moi même informé par la radio comme tous le reste des camerounais” Et de poursuivre, "Je remercie le chef de l’état pour sa gratitude et surtout sa confiance renouvelée“ S’agissant des chantiers qui l’attendent notamment, la désignation d’un nouvel entraîneur à la tête de l’équipe nationale senior, de la finalisation des textes à la Fécafoot, de la valorisation de toutes les disciplines sportives, poux ne citer que ceux-là, le ministre des sports a émis des réserves “je ne peux pas encore me prononcer, je vais prendre connaissance des sujets brûlants". ==>{{{=CIN-GOOGLE-ADSENSE=}}}<== JOIE ET ALLÉGRESSE Autre lieu de réjouissances populaires, la résidence de Lekené Donfack, promu ministre d’Etat en charge du développement urbain. Ici, l’on ne s’est pas reposé durant le week-end et les soirées ont été très longues. Le ministre a continué à recevoir pendant des heures creuses, nous confie un proche du ministre d’Etat. Parmi les personnalités présentes, l’on a noté celle du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, l’honorable Edouard Etondè Ekotto. Il est venu féliciter celui là même qui aura désormais la charge d’urbaniser toutes les villes du Cameroun. Cet habitué des questions urbaines a la maîtrise des défis qui l’interpellent “l’ex ministère de la ville s’est agrandi en devenant ministère du développement urbain. Le chef de l’Etat a augmenté mes compétences sur le plan matériel. Toutes les villes me reviennent désormais. Pour cela, je dois davantage travailler pour mériter la confiance du chef de l’état” a déclaré le nouveau promu d’un air ravi. A la question de savoir comment la nouvelle de sa nomination lui est parvenue, le ministre d’Etat Lekené Donfack répond "J'étais sur l’axe lourd Yaoundé - Douala. Je me rendais dans la capitale économique pour présider l’ouverture d’un séminaire. C’est alors que je suis informé de ce que je venais d’être à nouveau nommé, j’ai simplement rebroussé chemin”. Le ministre du Travail et de la sécurité sociale n’a, quant à lui, pas eu de répit. Sa résidence située au quartier Etoug-Ebé continue de faire le plein dans une ambiance très surchauffée. Pendant tout le week-end qui vient de s’achever, des groupes de danse ont redoublé d’ardeur. Entre coups de fil et réception des invités, Robert Nkili a accepté de se livrer au jeu de questions réponses des journalistes. Morceaux choisis: monsieur le ministre, quelles sont les innovations que vous entendez apporter dans le nouveau département qui vient de vous être confié ? Réponse "Le ministère du travail et de la sécurité sociale rentre en droite ligne dans les ambitions du chef de l'Etat, la sécurité sociale en elle même constitue la protection des individus dans un pays. Chaque travailleur doit avoir la possibilité de régler ses problèmes d’assurance et de crédit quelle que soit sa situation sociale. J’ambitionne donc de relancer le problème de la sécurité sociale de la Cnps. Car, si en France par exemple, les chômeurs et autres sans emplois ont de quoi vivre décemment grâce à la sécurité sociale, je pense que le même phénomène pourra être mis en place au Cameroun. Pour cela, toutes les composantes sociales seront impliquées dans la mise en œuvre de cette politique". Chrétien pratiquant, c’est dans une chapelle que le Pr. Robert Nkili a appris sa nomination. C’est sans doute pourquoi, il remercie le seigneur d’avoir permis cette confirmation. Polycarpe Abah Abah est le nouveau ministre de l’Economie et des Finances. Il n’a du tout pas été aisé de se frayer un chemin ces derniers jours vers l’axe qui conduit à sa résidence. Une route prise d’assaut pas d’interminables files de véhicules. A l’intérieur, l’accès n’est pas facile: bousculade, échanges vifs entre les agents de sécurité et les membres de la belle famille du nouveau ministre sont le quotidien de ces premières heures de fête. Cette atmosphère surchauffée n’a pas facilitée la tâche aux journalistes ; du moins ceux qui tenaient à rencontrer le nouvel argentier. Et c’est avec insistance qu’il a accepté de se livrer: “je tiens tout d’abord à remercier tout le personnel de la direction des impôts pour tout le soutien qu'il m’a apporté. Je crois que si le chef de l’état m’a confié ce département, c’est justement parce qu’il a cru en moi. Ce vaste chantier sera bâti avec l’aide de tout mes collaborateurs, le travail sera basé essentiellement en équipe". Les installations terminées, les uns et les autres doivent maintenant se mettre au travail pour réaliser les "grandes ambitions".
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique