Affaire Siyam Siewé : 40 milliards détournés

Par Benjamin LISSOM LISSOM | Cameroon Tribune
DOUALA - 27-Dec-2006 - 08h30   61069                      
6
13 personnes devront répondre de ce qui est qualifié de scandale financier du port de Douala.
40 milliards de francs Cfa répartis en cinq chefs d’accusations sont retenus contre les 13 prévenus présentés hier à l’audience criminelle du tribunal de Grande instance du Wouri. Voilà ce à quoi se résume le scandale financier du Port autonome de Douala (Pad), qui fait l’objet d’un procès très couru et largement couvert hier par les médias. L’audience d’hier n’a pas donné lieu au débat au fond liée à cette affaire qui a tourné court en raison de l’appel introduit par les conseils de Edouard Etondè Ekoto qui ont notamment soulevé l’incompétence du tribunal saisi. A l’issue d’une suspension d’audience ayant suivi ces préalables, le tribunal a décidé de transmettre ce dossier à la Cour d’Appel pour arbitrage. Les montants imputés aux inculpés poursuivis pour détournement de deniers publics, coaction de détournement, intérêt dans un acte, escroquerie foncière et complicité d’escroquerie foncière, ont été rendus publics au cours de la première audience qualifiée de " préliminaire " par les avocats présents dans la salle. Plus de 38 milliards de francs CFA à Alphonse Siyam Siéwé, l’ex directeur général du Port, 19 milliards à Siéwé Nitcheu François Marie, 2,6 milliards à François Martin Zibi, l’ancien directeur administratif et financier, idem pour ce qui est de Kamdem, Tchekam Cilviane épouse Ntatcho. Viennent ensuite Edouard Etondè Ekoto avec 1,9 milliard, Babila Tita pour 1,350 milliard. On retrouve également les nommés Ewodo Noah, le Dga du Port avec 958 millions, suivi de Wensitcheu Mouga Jean Paul, 769 millions, Asa’na Ntsang-Mbang Thompson, 577 millions, Me Abessolo Etienne, 188 millions et Dingana Faustin, 116 millions. Aucun montant n’est imputé au treizième inculpé, Teguel Maurice, accusé de complicité d’escroquerie foncière. A la lecture des charges retenues contre les uns et les autres, il ressort six articulations principales constitutives. Au-delà de " l’escroquerie foncière ", " de la prise d’intérêt ", " détournement du mobilier " et des paiements indus, c’est dans la rubrique "des marchés frauduleux ou fictifs " que les enquêteurs ont retenu de nombreuses irrégularités. Plus de 35 milliards inscrits au détournement sur les marchés des portiques, du terminal à conteneurs, de l’amélioration de la facturation de la redevance portuaire, etc… Ces irrégularités mises à la charge de Siyam Siwé, Siéwé Nitcheu, Wensitcheu, Dingana Faustin, Asa’na Ntsang Mba Thompson ont été qualifiées de détournement de deniers publics et de coaction de détournement. Plus haut, la première articulation est liée aux émoluments et autres avantages alloués aux administrateurs. Le magistrat instructeur a élargi tous les 15 administrateurs pour " insuffisance de charges " retenues contre les intéressés. Pour la deuxième articulation sur " la vente des véhicules appartenant au Pad ", l’instruction a estimé que les charges sont suffisamment réunies à l’égard de Alphonse Siyam Siwé, pour avoir obtenu ou retenu frauduleusement en les distrayant 17 véhicules appartenant au Pad. Quant au 3è volet portant sur la gestion financière, l’ordonnance de renvoi indique que Siyam Siwé, Etondè Ekoto, Ewodo Noah, Babila Tita, ainsi que Zibi, Kamdem et Tchekamg Cilviane ont agi de concert pour détourner la somme de 958 millions de francs CFA, faits qualifiés de coaction de détournement de deniers publics, suivis d’un détournement de deniers publics de l’ordre de 1,7 milliards contre Zibi, Tchekamg et Kamdem.




Dans la même Rubrique