Cameroun : Alors que le Senat est ébranlé par un scandale financier, Marcel Niat Njifenji et Cavaye Yeguie Djibril convoquent les parlementaires pour une nouvelle session de l’année législative 2024.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 04-Jun-2024 - 20h04   2172                      
9
Cavaye Yeguie Djibril et Niat Marcel Anonyme
Les parlementaires vont se retrouver dans un contexte où la chambre haute est secouée par une affaire de détournement de fonds publics d’un montant d’environ trois milliards de FCFA.

Le président du Senat et le président de l’Assemblée nationale ont chacun signé ce mardi 04 juin 2024, un arrêté portant convocation des parlementaires pour la deuxième et avant dernière session ordinaire de l’année en cours.

Après avoir consulté Paul Biya, le président de la République, comme de tradition, le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguie Djibril, convoque au nom du bureau de la chambre basse, les députés en session ordinaire le mardi 11 juin 2024 à 11 heures au palais des congrès de Yaoundé.

Suivant la même procédure, le président du Senat, Marcel Niat Njifenji, convoque les Sénateurs le même mardi, mais à partir de 15 heures. Cette deuxième session ordinaire de l’année législative 2024 va durer 30 jours.

L’ordre du jour de cette nouvelle session qui se tiendra dans une semaine jour pour jour, n’a pas été publié. Mais, habituellement, la réunion de juin est essentiellement consacrée au débat d’orientation budgétaire et à l’adoption des projets de loi. 

Les retrouvailles seront également marquées par ce scandale financier qui a éclaté le mois dernier. En effet, selon des sources dignes de foi confirmées par un rapport d’audit, des responsables tapis au secrétariat général et à l'agence comptable du Senat sont accusés d’avoir falsifié les comptes du sénat et créer des dépenses fictives pour se servir à volonté. On parle d’un détournement d’environ 3 milliards de FCFA entre 2022 et mars 2024. Par conséquent, les frais de mission des sénateurs et personnels de la chambre haute du parlement peinent à être payés car les caisses de l'institution sont presque vides.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique