Cameroun - Arts Martiaux: Le Camerounais Dominique Saatenang, premier Noir formé au temple de Shaolin, est au pays

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
- 26-Dec-2014 - 17h04   61264                      
14
L’expert entend toucher du doigt les réalités du kung-fu local et aider à résoudre les problèmes qui se posent.

Dominique Saatenang
Photo: (c) D. S.

Maître Dominique Martin Saatenang est revenu au bercail. Le Camerounais et premier Noir à être allé apprendre le kung-fu au temple de Shaolin, en Chine, a débarqué à l’aéroport international de à Douala le 20 décembre 2014. Durant son séjour qui se termine à la fin de l’année, l’originaire de Bafou dans le département de la Menoua (région de l’Ouest) va tenir une conférence de presse (le 28 décembre) au cours de laquelle il dévoilera sa vision des arts martiaux au Cameroun. Celui que l’on surnomme le « Bruce Lee Africain » veut aider la Fédération camerounaise à évoluer. Car, constate-t-il amer, «  depuis 2004 qu’elle existe, la Fédération du Cameroun n’a jamais participé à aucune compétition internationale ». Il va aussi rencontrer des athlètes, des maitres d’arts martiaux afin de s’imprégner de la situation de ces disciplines au pays.

Dominique Saatenang en pleine demonstration
Photo: (c) M6

Dominique Saatenang fait la fierté du Cameroun et de l’Afrique sur le plan international. Il a rejoint le temple de Shaolin de grande réputation au début des années 2000, devenant le premier Noir à rejoindre cette institution réputée. Il va triompher des épreuves de la formation qui est imposée aux disciples et en sortir avec le titre de Shi Yan Mai. Depuis, Saatenang représente la culture kung-fu aux quatre coins de la planète. L’ambassadeur du célèbre art martial chinois a été reçu par de nombreux chef d’Etat à travers le monde. Il poursuit également des carrières d’acteurs et de juge de la Fédération internationale de kung-fu wushu. Dominique Martin Saatenang s’est pris de passion pour cette discipline sportive après avoir regardé le film « Opération Dragon » qui avait pour héros le regretté acteur américano-chinois Bruce Lee. Dès lors, il a, au grand dam de son père qui voulait faire de lui un futur Roger Milla, délaissé le foot, son premier amour. La suite de l’histoire montre que c’est lui qu’il n’avait pas fait un mauvais choix.

Robert Ndonkou, Cameroon-Info.Net

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique