Cameroun - Braconnage: 159 pointes d’ivoire saisies à Bertoua (Est)

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Mar-2017 - 18h35   41234                      
0
Pointes d'Ivoire Archives
Les 3 présumés coupables ont été présentés le 13 mars 2017 à la presse. Ils auraient abattus 79 éléphants.

Trois personnes présumées coupables viennent d’être interceptées par les éléments des douanes de la Région de l’Est Cameroun. Le lundi 13 mars 2017 elles ont été présentées à la presse. Au moment de leur interpellation, elles avaient en leur possession 159 pointes reconstituées, plus d’une demi-pointe d’ivoire dont 144  pointes entières, 14 reconstituées en deux et une reconstituée en trois. Elles avaient aussi deux petites voitures de marque Toyota dont l’une bleu sombre immatriculée 082259, des vivres frais et de nombreuses pièces détachées. Le Quotidien Emergence édition du 14 mars 2017 qui relaie aussi cette information rapporte que d’après ses sources, les mis en cause viendraient de la ville de Sangmelima dans la Région de l’Extrême-Nord. Ils auraient abattus les éléphants dans le département de la Boumba et Ngoko dans la Région de l’Est.

Benjamin Amba technicien supérieur des eaux et forêts déclare en parlant du butin saisi «nous avons décompté au total 176 morceaux de pointes d’ivoire. En les reconstituant l’on pourrait dénombrer 159 pointes. Ce nombre d’ivoire est équivalent à 79 éléphants tués». Célestin Bidjé le chef secteur des Douanes de l’Est indique que depuis un bon bout de temps des recommandations ont été faites à leurs éléments. L’interpellation des présumés malfrats est le résultat du travail rigoureux qui a été fait suite auxdites recommandations. «Dimanche à 6 heures, mes hommes sont saisis par un indic de la présence de ces braconniers dans la ville de Bertoua. C’est ainsi qu’une opération conjointe Fmo, Minfof et Douanier suivra selon les informations reçues de l’indic. C’est aux environs de 17h que les véhicules sont repérés au quartier Tigaza à Bertoua. Ils ont été neutralisés sans brutalité jusqu’à présent», explique-t-il.

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 contact@cameroon-info.net
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique