Cameroun - Buea, vitrine du Cameroun: Le temps de la célébration du Cinquantenaire de la Réunification

Par Pierre Amougou et Nadine Bella | La Météo
Yaoundé - 18-Feb-2014 - 14h00   50016                      
5
Pour la réussite la célébration, le Comité d'organisation que préside le Ministre, Directeur du Cabinet civil de la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou, a multiplié les descentes sur le terrain, question de se rassurer de la bonne évolution des préparatifs.

L'Hotel de Ville de Buea
Photo: © C. T.
Pour la réussite la célébration, le Comité d'organisation que préside le Ministre, Directeur du Cabinet civil de la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou, a multiplié les descentes sur le terrain, question de se rassurer de la bonne évolution des préparatifs. Car, ce 20 février, bien des regards à travers le monde vont converger vers le Cameroun. Si les indépendances que les deux parties du Cameroun ont acquises le 1er janvier 1960 pour le Cameroun orientale (francophone), et le 1er octobre 1961 pour le Cameroun occidentale (anglophone) ont été effectivement célébrées en 2010 à Yaoundé, le Cinquantenaire de la Réunification, événement survenu également le 1er octobre 1961, sera à son tour commémoré avec faste à Buea, jeudi prochain. En effet, la date du 1er octobre rappelle non seulement l'indépendance, mais aussi, l'intégration du Southern Cameroon britannique à la République du Cameroun francophone, indépendant depuis le 1er janvier 1960. Cela fait 53 ans que les deux Cameroun (francophone et anglophone) se sont réunis pour former la République du Fédérale du Cameroun. En effet, le Cameroun francophone, devenu indépendant le 1er janvier 1960, prend le nom de République du Cameroun le 09 mai de la même année. Ahmadou Ahidjo élu à l'unanimité Premier Président de la République du Cameroun, charge Charles Assale de former le premier gouvernement. Membre de l'Organisation des nations unies (Onu) le 20 septembre 1960. Le Cameroun sous-tutelle britannique quant à lui, se divise en deux (02): le Cameroun septentrional (Northern Cameroons) et le Cameroun méridional (Southern Cameroons). Le Northern Cameroons a près de 44 000 km2 et 687 100 habitants, se rattache à la province du Nord du Nigeria. Cette partie du pays est administrée comme partie intégrante de la fédération nigériane. Les dirigeants voulant voir le Cameroun septentrional rattaché au Cameroun, l'Onu va ainsi organiser un référendum le 07 novembre 1959. Au terme de cette échéance, la majorité de la population se prononce pour le rattachement au Nigeria. Quant au Southern Cameroons ou Cameroun méridional, cette partie du pays mesure 42 000km2 avec 753 000 habitants. En 1945, il devient une Région autonome disposant d'une Assemblée de 25 membres à partir de 1957. Il a son gouvernement, son Assemblée et son conseil de chefs. Le premier gouvernement présidé par le docteur Endeley est mis en place le 15 mai 1958; il sera remplacé un an plus tard par le gouvernement présidé par John Ngu Foncha, favorable à la réunification. Il est à relever que l'évolution politique du Cameroun méridional est assez semblable à celle du Cameroun oriental. On retrouve les partis politiques: le Kamerun national congress (Knc) du docteur Endeley, partisan de l'annexion du Cameroun par le Nigeria; le Kamerun people's party (Kpp); le Kamerun natural democratic party (Pndp) de M. Foncha qui milite avec succès pour la réunification et le One Kamerun party de Ndeh Ntumazah. Au cours de sa session de mars 1959, l'Assemblée générale des Nations unies, va adopter sur le Cameroun britannique une résolution recommandant a la Grande-Bretagne d'organiser des plébiscites séparés dans la partie septentrionale et dans la partie méridionale du Cameroun, pour connaître le désir des populations sur leur avenir. Le premier plébiscite a lieu le 07 novembre 1959 au Cameroun, selon le vœu de l'Onu pour savoir si cette partie du pays désire faire partie du Nigeria. Au terme du plébiscite, la majorité est contre. Le second plébiscite concernant les deux parties du Cameroun se déroule le 11 février 1961, le Cameroun septentrionale se prononce pour le rattachement au Nigeria voisin. Le 1er juin 1961, la partie septentrionale de notre pays est rattachée au Nigeria: jour considéré comme deuil national au Cameroun. Le 09 juillet 1961, une conférence se tient à Foumban, pour jeter les bases constitutionnelles de la future fédération, et la célébration est fixée et célébrée le 1er octobre 1961. La République fédérale du Cameroun réunit à nouveau les 02 parties du pays séparées depuis plus de 40 ans. Le siège du gouvernement fédéral et de l'Assemblée nationale est à Yaoundé. Les emblèmes nationaux sont pour la devise: paix-travail-patrie et le drapeau: vert, rouge, jaune a 03 bandes verticales d'égales dimensions, frappé de 02 étoiles d'or dans la bande verte, chaque étoile représente chacun des Etats fédérés. La République fédérale du Cameroun est donc née le 1er octobre 1961, à la suite du référendum réunifiant les anciens Cameroun oriental et Occidental, avec pour président El Hadj Ahmadou Ahidjo et pour vice-président John Ngu Foncha. Le 06 mai 1972, le Président El Hadj Ahmadou Ahidjo, Président de la République fédérale du Cameroun va annoncer devant l'Assemblée nationale, la décision d'organiser un référendum pour l'institution immédiate d'un Etat unitaire. Le 20 mai 1972, le référendum à une majorité écrasante institue la République Unie du Cameroun. Les emblèmes nationaux restent les mêmes, excepté le drapeau qui perd une étoile. Il reste ainsi une étoile jaune, placée au centre (bande rouge). Le Président de la République est le Chef de l'Etat et du gouvernement. Il n'y a qu'un seul gouvernement composé de ministres désignés par le Chef de l'Etat. L'Assemblée nationale est le seul organe représentatif de l'ensemble de la République. Elle compte 120 députés élus au suffrage universel. Le 6 novembre 982, Paul Biya, alors Premier Ministre (depuis 1975), va accéder à la magistrature suprême, en vertu de la Constitution (amendement du 29 juin 1979) suite à la démission d'Ahmadou Ahidjo. Il est à relever que jusqu'en 1918, le Cameroun était sous protectorat allemand. A la fin de la Première Guerre mondiale, le Traité de Versailles signé le 28 juin 1919 place le pays sous le régime de mandat international. Et dès lors, le Cameroun est partagé en deux zones administrées séparément par la France et la Grande-Bretagne, les deux tombeurs de l'Allemagne.
  • E-mail 4
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique