Cameroun - Cultures vivrières: Des oiseaux granivores détruisent 130 hectares de cultures de mil à Waza (Extrême-Nord)

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Jan-2021 - 07h26   6142                      
0
Du mil CIN/Archives
Les vidéos de ces nuées d’oiseaux envahissant les champs sont spectaculaires.

En ce début d’année les agriculteurs de la localité de Waza, située dans le département du Logone et Chari, région de l’Extrême-Nord, spécialisés dans la culture du mil, ne savent plus à quels saints se vouer. Depuis plusieurs semaines, ils sont confrontés à une invasion d’oiseaux granivores qui s’attaquent aux épis de mil et de sorgho. En l’espace de quelques jours ces derniers ont englouti l’équivalent de 130 hectares de mil de contre saison. Complètement dépassés les populations riveraines ont décidé de lancer un appel à l’aide en direction de l’Etat.

«Les oiseaux granivores ont détruit 130 hectares de cultures de mil de contre saison à Waza dans la région de l’Extrême-Nord. Les populations et autorités locales appellent l’Etat au secours», indiquait la CRTV dans un tweet publié le 26 janvier 2021.

Pourtant le 15 janvier 2021 dans son édition en kiosque le même jour, le quotidien Mutations alertait déjà l’opinion nationale sur ce phénomène qui allait en s’aggravant. Nos confrères craignaient surtout la terrible éventualité d’une famine généralisée dans la région. Surtout qu’au même moment, des éléphants détruisaient des champs de mil et de sorgho dans le Mayo-Kani et le Mayo-Danay

«Ces pachydermes, en plus de dévorer les feuilles verdoyantes de ce mil, piétinent allégrement tout sur leur passage. Les villages les plus touchés sont, entre autres, Kalfou, Kaola, Daiba Goudoum Goudoum et leurs environs. C’est la multiplication de la population de ces pachydermes  et l’insuffisance des ressources vitales pour leur nutrition qui les poussent à sortir de la réserve pour aller chercher à manger ailleurs. Ils pourraient continuer leur marche à travers un corridor qui pourrait les conduire jusque dans l’arrondissement de Moutourwa où s’achève l’étendue de la réserve», pouvait-on lire dans les colonnes du journal

Pour essayer de remédier à cette situation critique et sauver ce qui peut encore l’être, les villageois se relaient  dans les champs jusqu’aux alentours de 18 heures pour  essayer d’empêcher Lesdits oiseaux de commettre des ravages.

 

Invasion des oiseaux granivores (c) CRTV

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique