Cameroun - Insécurité: Découverte d’une cache d’armes dans le Mayo Rey, région du Nord

Par Peter KUM | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Nov-2019 - 13h49   2573                      
1
« Trois armes de guerre de type Kalachnikov, 119 munitions, des gilets port chargeurs, ainsi que des armes blanches et une chaîne de conduite », ont été récupérés par la légion de gendarmerie du Nord.

Des éléments de la légion de gendarmerie nationale pour la région du Nord ont découvert une cache d’armes près du Mont Bigao, localité située dans le département du Mayo Rey dans la région du Nord, a annoncé, le 8 novembre 2019, le commandant de la légion de gendarmerie du Nord,  le Colonel Nyong David Fly.

La cache d’arme a été découverte, le 25 octobre 2019, lors d’une opération « de recherche et de fouille menée entre les localités de Mbaimboum et Touboro dans le département du Mayo Rey », a ajouté le Colonel Nyong David Fly.

 

Le butin comprend « trois armes de guerre de type Kalachnikov, 119 munitions, des gilets port chargeurs, ainsi que des armes blanches et une chaine de conduite ».

D’après le commandant de la 3ème Région de gendarmerie (RG3), le Général de brigade Divine Ekongwese, le butin a été récupéré entre les mains d’un redoutable gang de preneurs d’otages qui opère entre le Mayo Rey et la République du Tchad.

 

« Le 12 octobre dernier, une douzaine de preneurs d’otages ont intercepté cinq commerçants sur le tronçon Mbaimboum – Touboro.  Les commerçants ont été pris en otage et une rançon de 50 millions frs CFA demandée pour chacun d’eux », explique le Colonel Nyong David Fly en ajoutant que les familles des otages avaient versé 24 millions francs aux ravisseurs.

« Le 18 octobre, le Bataillon d’Infanterie Motorisé (BIM) a mené un ratissage dans la zone d’attaque et quatre preneurs d’otages ont été neutralisé. Le 25 octobre, la gendarmerie a interpellé deux membres de ce gang qui nous ont conduit vers la cache d’armes située dans une brousse à 40 kilomètres de Mbaimboum », a souligné le Colonel Nyong David Fly.

 

Dans le Nord et l’Adamaoua, plusieurs départements sont affectés par le fléau des enlèvements. Pour mettre fin à ce phénomène, les autorités administratives et traditionnelles, les forces de défense et de sécurité multiplient les opérations. Elles travaillent en étroite collaboration avec les comités de vigilance, des groupes de volontaires mis sur pied dans les villages attaqués. Des gangs ont été démantelés, des sommes d’argent, armes et munitions saisies.

Auteur:
Peter KUM
 @mafanypet
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique