Elections 2007: Des observateurs indépendants scrutent les causes de la débâcle de l’opposition.

Par | Le Messager
- 25-Jul-2007 - 08h30   51849                      
0
Les “ coups lisses ” de la victoire du Rdpc à l’Ouest
1-La défaite des géants du Sdf Il est très difficile de l’admettre. Même dans les cercles restreints du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) à l’Ouest. Le Social democratic front (Sdf) à Dschang, conduit par Etienne Sonkin (maire de la commune de Dschang de 1996 en 2007), aurait, d’après les premières tendances des résultats des élections municipales du 22 juillet, été battu par le Rdpc. Il en est de même à la commune de Batcham. Ici, le maire sortant du Sdf, M. Tchoffo, se trouve en ballottage défavorable. Dans la même logique, la conquête d’un siège de député et d’une mairie par le Rdpc dans le département du Noun suscite de vives interrogations. Pierre Kwemo, unique député du Sdf à l’Ouest lors de la législature qui s’achève est aussi menacé dans le Haut-Nkam. Charlie Tchikanda, observateur indépendant de cette consultation électorale, a scruté quelques causes qui ont conduit à la débâcle de l’opposition. Il souligne que l’opposition a été défavorisée par de nombreux “ dysfonctionnements administratifs ”. Pour lui, le bureau de vote n° 83 de Founten dans l’arrondissement de Foumban a été ouvert à 16 heures le jour du scrutin. “ Il n’ y avait pas d’urne dans ce bureau. Le sous-préfet nous a expliqué que dix urnes transparentes ont disparu dans son unité administrative”. A en croire ce leader de la société civile, le scrutin dans presque toute la province a été meublée par un taux d’abstention qui se situe autour de 60%. En plus, l’observateur relève que l’organisation des élections a été marquée par “ plusieurs foyers de tension ”. C’est notamment le cas du bureau de vote installé dans une chefferie au quartier Haoussa de Foumban. Dans la zone dite F IV (Fongo-Ndeng, Fossong-Wensseng, Fongonera et Fongo-Tongo) dans la Menoua, Etienne Sonkin se plaint du fait que les élections ont été émaillées par de nombreuses irrégularités. “L’achat des consciences, l’intimidation des populations étaient au menu de cette barbarie électorale ” s’indigne le maire sortant de la commune urbaine de Dschang. Dans le département du Ndé, les cadres du Sdf dénoncent “la manipulation de l’électorat par la puissance financière”. Mais le Rdpc balaie tous ces arguments d’un revers de la main. En ce qui concerne l’arrondissement de Dschang, Anaclet Fomethé, recteur de l’Université de Dschang et principal acteur de l’équipe locale de campagne du Rdpc, soutient que le succès du Rdpc est dû à “un travail de fourmis et une campagne de proximité.” Il relève aussi que le revirement de l’électorat estudiantin en faveur de la liste du parti des flammes a joué contre la liste d’Etienne Sonkin. 2- La victoire avant la guerre Tout au long de la campagne électorale, les signes avant coureurs de cette “ suprématie ” du parti des flammes à l’Ouest étaient bien perceptibles. “ Nous ne sommes pas venus ici à Bandrefam pour battre campagne. Le Rdpc a déjà gagné les élections. Nous devons seulement préparer la fête au soir du 22 juillet prochain.” Cette déclaration du milliardaire Fotso Victor, président de la commission départementale de campagne du Rdpc dans le département du Koung-Khi, indique bien l’état d’esprit des camardes de René Sadji pendant les deux semaines de campagne électorale. Dans presque toutes les circonscriptions électorales, ces derniers ont crié la victoire avant la guerre. Le chant de la victoire était aussi entonné par les autorités administratives. Notamment Marc Nkengué et Thomas Hona respectivement préfet des départements du Koung-Khi et des Hauts-plateaux, ainsi que Hilaire Tchuenté sous-préfet de l’arrondissement de Bandja. Mais il n’y avait pas que du mauvais jeu du côté du parti au pouvoir. Les querelles intestines dans certains partis politiques ont rendu un mauvais service à l’opposition. Un tract attribué à Jacques Kago Lélé a servi de support de campagne au Rdpc. Le document largement diffusé a déstabilisé Evariste Fopoussi Fotso et son camarade de la liste du Sdf pour les législatives dans le Koung-Khi. Une résolution du comité exécutif national du Sdf menaçant Pierre Kwemo d’exclusion de ce parti a aussi servi la cause du parti des flammes dans le Haut-Nkam. Le milliardaire Joseph Kadji Defosso se serait impliqué pour la multiplication du document qui a naturellement effrité les voix de la liste du premier vice-président national du Sdf. 3- Farotage, charters électoraux et électeurs ambulants“ Tu filmes mes charters, je brise ta camera.” Dans un restaurant très couru à Bangangté, un militant du Rassemblement démocratique du peuple camerounais ne s’est pas embarrassé de scrupules pour lancer cet avertissement aux journalistes qui s’y trouvaient. Menace ou blague ? Les habitants de la ville de Bangangté ont constaté un subit accroissement de leur population au soir du samedi 21 juillet. Certains responsables de l’opposition estiment que ces “ électeurs ” pouvaient être évalués à plus de 2000. Les arrondissements de Tonga et de Bazou ont été identifiés comme les principaux foyers des mercenaires électoraux. Selon des sources concordantes, des musiciens ont été appelés à la rescousse pour divertir ces étrangers lors de la veillée électorale dans lesdites contrées. Approché par Le Messager, l’un des “électeurs chartérisés” s’est confié : “Il est vrai que je réside à Douala. Mais rassurez vous, je suis là pour soutenir des amis. Demain, je n’irai pas voter.” Ce dernier, originaire de Bangangté, avait néanmoins une écharpe du parti des flammes accrochée à son cou. A Bayangam, le maire André Sohaing a, lui aussi, pris des dispositions “ pour bien recevoir les gens qui vont venir d’ailleurs pour le vote ”, a confié l’un de ses proches. A Bana, des cartes d’électeur ont été remises, selon le Sdf, à “ des employés de Monsieur Kadji qui votent depuis 2002 à Bana.” Guy Modeste DZUDIE
Municipales et législatives 2007: Dessous du scrutin à Douala Les candidats fortunés ont sollicité des charters. Au Collège Alfred Saker, non loin du rond-point Deido à Douala, trois cars de transport interurbain sont stationnés. Il est 16 heures, ce samedi 23 juillet 2007. Une cinquantaine de personnes sont présentes sur les lieux. Des gens continuent d’affluer. Ce sont des membres de la famille du chef Bakoko.“ C’est le chef du village qui nous a informé qu’il organise ce charter pour nous permettre d’aller soutenir notre oncle au village. Notre oncle c’est son frère. Il s’appelle Mondouary et il est candidat Rdpc à Bakoko. ” révèle Bebe Bonny Martin, élève. Sa famille et lui ont été informés par un communiqué radio du chef diffusé sur les ondes de Dynamic Fm le jeudi 20 juillet dernier. Progressivement, la famille des électeurs embarque à destination de Bakoko. Ce cas est loin d’être unique. Plusieurs candidats de partis politiques ont sollicité les services des agences de transport. Le passage dans quelques agences de transport de la ville de Douala a permis de s’en rendre compte. Le responsable du fret de l’agence Confort Voyages parle de plusieurs partis politiques à l’instar du Sdf, qui ont sollicité leurs véhicules pour conduire les électeurs en campagne. Il nous parle aussi d’un inspecteur des impôts qui aurait affrété un charters en destination de l’Est. A Mondial Express, Justin Fondouop, chargeur, prétend que des candidats de partis politiques sont venus les voir, mais ont été éconduits. Il susurre toutefois qu’à Pola express, les locations de cars ont été effectuées à outrance. A Pola express, le responsable de l’agence prétend n’avoir été approché par aucun parti politique. S’il est une technique de fraude qui a prévalu pendant les élections du dimanche 22 juillet dernier, c’est l'organisation des charters. Sur les antennes de la Crtv ce 23 juillet 2007, Frédéric Kodock demande que le vote soit annulé dans certains bureaux de vote du Nyong et Kellé. Selon lui, le scrutin a été fortement émaillé par la pratique des charters. Dans l'Extrême-Nord, c'est le gouverneur Ahmadou Tidjani qui s'est personnellement investi dans la traque aux charters. Il a fait arrêter deux bus transportant les électeurs du Rdpc qui allaient créer du désordre à Kongola. Hugues Marcel TCHOUA (stagiaire)
  • E-mail 3
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique