Université de Buea - Dr. Nalova Lyonga: La diplomate héritière d’un «volcan»

Par Aristide Ekambi | Mutations
- 02-Jul-2012 - 08h30   52547                      
2
Promue Recteur de l’université de Buea, elle doit rétablir le dialogue social au sein de cette institution académique.
La vie du Dr. Nalova Lyonga Pauline Egbe qui, jusqu’à sa nomination était vice-recteur chargé des Enseignements et de la professionnalisation à l’université de Buea (U.b), a basculé dans l’après-midi du vendredi 29 juin 2012. Elle devient la deuxième femme recteur de l’université de Buea après le Dorothy Limunga Njeuma, la première à diriger cette institution depuis sa création jusqu’en 2005, avec une halte en 1993. Un responsable du département d’anglais révèle par ailleurs que cette nouvelle a été accueillie dans le calme. Surtout que l’ancien maître des lieux, le Pr. Vincent Titanji, appelé à faire valoir ses droits à la retraite, se trouvait dans son bureau. Et que du côté des amphis, certains enseignants dispensaient des cours aux étudiants. «Le bureau du nouveau recteur a été envahi par des amis, connaissances et collègues venus la féliciter. Elle s’apprêtait à faire signer certains dossiers. Plus tard, elle s’est éclipsée pour aller retrouver sa famille basée à Limbé», renseigne le Dr. Fontem Neba, son collègue du département d’anglais à l’université de Buea. Ce dernier qui est par ailleurs secrétaire général du Syndicat national des enseignants du supérieur (Synes), antenne de Buea, rajoute que ce changement était attendu. Dans la mesure où selon lui, l’ancien recteur avait perdu le contrôle de la situation. Ce qui a occasionné de nombreux clivages. Toutefois, pour l’avoir longtemps côtoyé, le Dr. Fontem Neba espère que sa collègue du département d’anglais, dont il témoigne de la disponibilité à écouter les autres, saura manager l’équipe dont elle a désormais la charge. «Elle connait les causes des problèmes qui ont secoué cette université puisqu’elle a été n°2 durant les six ans de gestion de l’ancien recteur», poursuit le secrétaire général du synes. C’est donc une dame familière aux revendications des enseignants et étudiants, pétrie d’expérience qui prend les commandes de cette institution. Le Dr. Nalova Lyonga Pauline Egbe est titulaire d’un Phd obtenu à l’université d’Ann Arbor dans l’Etat du Michigan aux Etats-Unis. Ceci après avoir obtenu sa licence en Art et Littérature à l’université de Yaoundé (vers 1980). Sans oublier le Mba, qu’elle a décroché au Sheffield university united kingdom en Grande Bretagne. Cette originaire de la région du Sud-ouest, née à Buea (précisément au lieudit petit Soppo ndlr), revient au Cameroun en 1985. Elle est enseignante à l’université de Yaoundé. Cet ancien directeur des affaires académiques à l’université de Buea, auteur de plusieurs revues et livres en «Littérature africaine» sur les théories féminines reconnait qu’elle a du pain sur la planche. «Mais un début de solution a déjà été trouvé par mon prédécesseur avec l’aide du gouvernement à qui je dis merci de m’avoir désigné. Nous allons continuer dans la même lancée », déclare-t-elle. Rencontrée par Mutations à sa résidence à Limbé le samedi 30 juin dernier, elle annonce plus d’ouverture et de dialogue entre les différentes parties. Son premier challenge consistera à répondre à une demande des enseignants à l’origine d’une grève au mois de mars dernier. Il consiste à intégrer dans le processus de désignation des responsables académiques de cette université dans un délai bien précis. Et ceci dès la prochaine rentrée académique d’octobre 2012. Une situation qui selon le secrétaire général du Synes Buea pourrait si elle est mal négociée, déboucher sur une nouvelle crise.
  • E-mail 1
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique