Cameroun - Agenda présidentiel: A Genève, le séjour privé de Paul Biya se transforme en cauchemar

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 04-Jul-2019 - 01h01   16616                      
38
Paul Biya archives
Le voyage de Paul Biya en terre helvétique, déjà perturbé par les activistes de la BAS, connait de nouveaux rebondissements avec l’arrestation de six éléments de sa sécurité.

Avant de quitter le Cameroun le 23 juin 2019 en compagnie de son épouse pour un «court séjour privé en Europe», Paul Biya avait passé 9 mois au Cameroun sans effectuer le moindre déplacement à l’étranger. Ce qui est un record dans un pays où le Chef de l’Etat fait assez souvent la Une des journaux pour ses voyages réguliers et jugé onéreux sur le vieux continent.

Peut-être le Président de la République et son entourage avaient-ils une prémonition. En à peine une semaine et demie passée à Genève au luxueux hôtel Intercontinental, le séjour présidentiel s’est transformé en cauchemar.

Tout est parti le 25 juin, d’une manifestation inopinée des militants de la Brigade Anti-Sardinards (BAS), qui se sont introduits au sein de l’établissement hôtelier où séjourne le couple présidentiel, arborant des drapeaux du Cameroun et scandant des messages hostiles au pouvoir de Yaoundé. Immédiatement, un affrontement a eu lieu avec les éléments de la sécurité de Paul Biya.

Malgré ces incidents, d’autres activistes ont récidivé le lendemain, 26 juin. Cette fois, c’était en présence du journaliste Adrien Krause de la RTS, l’office public de radio et télévision de la Suisse. Et c’est à ce niveau que survient l’autre ennui du Chef de l’Etat. Le confrère a rapporté avoir été molesté par des éléments de la sécurité présidentielle qui auraient saisi son matériel de travail et ses effets personnels.

Suite à sa plainte, six personnes, dont 5 hommes et 1 femme, toutes de la sécurité du Président de la République, ont été interpellées et placées en arrestation provisoire le 2 juillet, indique un communiqué du procureur de Genève. A l’issue de leur audition, souligne le document, la femme, porteuse d’un passeport diplomatique, a été libérée, mais les cinq hommes mis à la disposition du parquet.

Une publicité dont le Paul Biya se serait bien passé, surtout en ce moment où des députés suisses, dans leur majorité, ont signé une pétition pour lui demander de quitter leur territoire. A cela, il faut ajouter la bruyante manifestation des membres de la BAS le 29 juin. Un sujet été traité par plusieurs grands médias à l’instar de la télévision ABC ou le Washington Post aux Etats-Unis qui parlent de l’impopularité du président camerounais à Genève. 

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique