Cameroun - Agriculture: Le taux de mécanisation des exploitations agricoles se situe à 5%

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-May-2019 - 11h33   2159                      
1
Usine des Tracteurs d'Ebolowa Archives
C’est ce que révèle le Centre national d’études et d’expérimentation du machinisme agricole (Cenema).

Le constat est inquiétant. A peine 5% des exploitations agricoles sont mécanisées. Selon le Cenema, la mécanisation de l’agriculture camerounaise reste encore embryonnaire. Certes, les productions de semences et de matériel végétal de qualité ont été mises à la disposition des producteurs pour permettre d’accroître les rendements, relève le Cenema. Un accent a été mis sur l’appui à la promotion de la mécanisation agricole et des équipements dans les filières stratégiques : cacao, café, coton, caoutchouc, riz, banane, manioc, etc. Ce qui a permis d’accroître la production du cacao qui a connu un taux d’accroissement de 18% en 2018. Pareil pour la banane dont le taux d’accroissement est de 5% en 2018.  

Mais la mécanisation reste encore le ventre mou du secteur agricole. Une réalité qui contraste avec le discours du chef de l’Etat, huit ans après le comice agro-pastoral d’Ebolowa. En 2011, Paul Biya  annonçait le passage à une agriculture de « seconde génération » et invitait ses compatriotes « à s’approprier la mécanisation agricole ». Pour le chef de l’Etat, « l’agriculture de seconde génération devait assurer l’autosuffisance alimentaire et conforter la place du pays comme le grenier de l’Afrique centrale ».

Des mesures avaient alors été prises l’Etat avec notamment la création d’une usine de montage de tracteurs à Ebolowa et une autre devant voir le jour à Douala, afin de permettre aux agriculteurs de se procurer des outils mécaniques à moindre coût. Depuis lors, ce projet a pris du plomb dans l’aile avec l’abandon des tracteurs dans la broussaille d’Ebolowa. En dehors des filiales des firmes internationales et des entreprises publiques qui ont opté depuis pour la mécanisation agricole, très peu de particuliers ont intégré la mécanisation dans leurs projets agricoles. Une urgence pour satisfaire la forte demande des consommateurs dû à une  pression démographique.

 

Auteur:
Frédéric NONOS
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique