Cameroun – Parlement : Neuf députés interrogent sans tabou le ministre des travaux publics sur la situation préoccupante de certaines routes nationales.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Dec-2023 - 15h09   23165                      
2
Passage du MINTP devant la commission Finances et Budget Assemblée nationale MINTP
« Le secteur des travaux publics est celui qui cristallise les préoccupations les plus prégnantes dans notre société, compte tenu du rôle important que joue la route dans le développement » a déclaré, l’honorable Moutymbo Rosette Julienne, épouse Ayayi, présidente de la commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale pendant la séance de travail avec Emmanuel Nganou Djoumessi, le ministre des travaux publics dans la nuit du samedi 02 décembre 2023 au palais des congrès à Yaoundé.

Le membre du gouvernement a rencontré les membres de la commission des Finances et du Budget de l’auguste chambre pour présenter le projet de performance et l’enveloppe budgétaire (569,16 milliards de FCFA) pour l’exercice 2024 du département ministériel dont il a la charge.

Après un passage qui aura duré deux heures d’horloge et au cours duquel le ministre des Travaux publics a rendu compte des performances escomptées par son département ministériel au terme de l’année 2023 et présenté le projet de budget élaboré pour l’exercice 2024, l’on retient que pour l’année 2024, le ministère des Travaux publics (MINTP) sollicite une enveloppe de 569,16 Milliards en crédits de paiement.

Selon la cellule de communication du MINTP, trente préoccupations ont été posées à cette occasion par neuf députés, membres de cette instance de l’Assemblée Nationale. L’honorable Mohamadou Mahdi s’est dit préoccupé par l'état de la N6 et notamment la section Banyo-Mayo Darle-Nyamboya et l’entretien d’une route en terre de 45 km près de la frontière avec le Nigeria, route sous contrat.

L’honorable Man Jacqueline Christiane pour sa part a soulevé la question des accidents sur la N10 et l’état de certaines routes auparavant entretenues par des sociétés forestières et permettant de rallier la ville de Dimako.

La prise de parole de l’honorable  Djeumeni Benilde a été ponctuée par deux préoccupations majeures à savoir: la mise en œuvre de la phase 2 de l’autoroute Yaoundé-Douala et la dévolution des péages automatiques de la N3 après la mise en service de l’autoroute et l’Etat de la N5.

 

Ambiance à la fin du passage du MINTP (c) MINTP

L’honorable Bindoua Mathurin, est revenu sur la restructuration du MATGENIE, l’entretien de la route Ebolowa-Ambam dont une provision budgétaire a été faite au début de l’année 2023 et la construction des routes Olounou-Oveng, Ebolowa-Akom 2- Kribi, non sans avoir évoqué l’avancement des travaux s’agissant des infrastructures d’appoint du Monument Paul Biya dans la ville de Sangmélima et le coût de construction des routes au Cameroun. Il a en outre suggéré que la Maîtrise d’œuvre ne fasse plus l’objet de marchés et de mettre à profit les ingénieurs du MINTP dans le contrôle qualité des travaux.

Allant dans le même sens pour ce qui est de la route Ebolowa-Akom 2-Kribi, l’honorable  Jean Jacques Zam a par ailleurs apprécié la présentation faite par le Ministre des Travaux publics et mis en évidence le travail qui est effectué par ce département ministériel. L’honorable Fonge Fongouck Julius quant à lui, a davantage insisté sur l’implication efficace des ingénieurs dans le contrôle qualité de l’exécution des travaux. Il a en outre salué l’exécution des travaux de la route Ekondo Titi-Kumba tout en invitant les équipes à plus de célérité et a au final relevé l’urgence de bitumer certains itinéraires stratégiques de la région du Sud-Ouest.

La prise de parole de l’honorable Moth aura permis de saluer le travail présenté par le MINTP. L’honorable Kwemo Pierre quant à lui s’est penché sur la disponibilité des ressources budgétisées pour l’exécution des projets, le coût des travaux routiers qu’il juge élevé dans l’ensemble, la stabilisation des routes en terre au regard de l’impact des changements climatiques. Prenant la parole en dernier lieu au cours des questions adressées au MINTP, la présidente de la Commission des Finances et du Budget s’est quant à elle intéressée à l’état de certaines nationales et routes dans la Sanaga maritime. 

Pour apporter des réponses aux préoccupations posées, le Ministre des Travaux publics a balayé l’ensemble des trente questions qui lui ont été posées. S’agissant de la section Pont de la Mape-Carrefour Mvouban sur la N6, l’entreprise en charge des travaux a été mise en demeure et son évaluation se fera dans les prochains jours, tout en précisant que la résiliation constitue la mesure ultime. Pour revenir sur l’autoroute Yaoundé-Douala, phase 1, le Ministre Emmanuel Nganou Djoumessi a souligné que seuls les travaux de raccordement sont en cours et vont s’achever dans les prochaines semaines. Il a rassuré en ce qui concerne le fonctionnement et l’efficacité du Fonds Routier et a précisé que s’agissant du MATGENIE, 360 personnels y travaillent pour améliorer sa production, en relevant qu’il s’agit d’une entreprise publique qui doit mettre l’accent sur sa performance et conséquemment son essor.

Pour ce qui est de l’entretien de la route Ebolowa-Ambam, l’entreprise attend la contractualisation de la mission de contrôle pour le démarrage des travaux. Concernant les routes Olounou-Oveng et Ebolowa-Akom 2 -Kribi, le MINTP a précisé que la levée des financements auprès des bailleurs comporte très souvent de multiples contraintes, qui ralentissent le démarrage des travaux et a surtout rassuré du processus qui suit son cours. Des études complémentaires ont dans ce sens été exigées par le garant du prêt pour ce qui est de la route Ebolowa-Akom 2-Kribi et les conclusions de ces études vont déterminer la date précise du démarrage des travaux avec la mise à disposition des ressources. Un contrat commercial a en outre été apprécié et soumis à l’appréciation de la très haute hiérarchie, pour le financement et le bitumage de cet axe.

Pour revenir sur les éléments de coûts évoqués par plusieurs députés, le MINTP a relevé que ceux-ci sont adossés sur les prix de chaque intrant, la consistance des travaux, et le paiement des prestations effectivement réalisées. Il a en outre précisé que la stabilisation des routes en terre entrera dans sa phase de densification avec des projets ciblés pour l’année 2024. 

Projet de performance annuelle 2024 du Mintp

-

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique