Cameroun - Autoroute Yaoundé-Nsimalen: Les populations refusent de libérer le site

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Sep-2019 - 14h44   7232                      
8
Autoroute Yaoundé-Nsimalen archives
Le constat a été fait hier par trois ministres: la ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Celestine Ketcha Courtes; Henri Eyebe Ayissi, des Domaines du Cadastre et des Affaires Foncières; et le ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji.

Le journal Mutations en kiosque ce 13 septembre 2019 rapporte que, les populations riveraines vivantes sur le tronçon où va passer l’Autoroute Yaoundé-Nsimalen refusent de libérer cet espace, comme cela leur a été demandé par le gouvernement il y a peu.

Descendu sur le terrain hier (12 septembre 2019), la délégation interministérielle composée de la ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Celestine Ketcha Courtes; du ministre des Domaines du Cadastre et des Affaires Foncières, Henri Eyebe Ayissi; et du ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, a fait le constat de ce que les populations refusent de libérer le site.

«Dès son entrée sur le site abritant les travaux de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen au quartier Ahala à Yaoundé, la délégation interministérielle… Descendue sur le terrain pour accélérer la libération  de l’emprise pour le démarrage des travaux, observent que les concessions sur lesquelles une croix de Saint André a été apposée sont encore bien en place. Pire encore, les populations semblent revenir s’installer», relève le journal.

Du côté du site de réinstallation de ces populations vers l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, «quelques maisons en voie de construction  sont aperçues sur une étendue de terre plongée dans la broussaille», note le journal.

Les riverains «déguerpies boudent le site d’aménagement… Certains revendiquent leur indemnisation». Lors de sa prise de parole, Henri Eyebe Ayissi a demandé aux populations «d’agir vite… de faire preuve de civisme en respectant les décisions des autorités en libérant sans délai les emprises afin que les travaux commencent».

Par la suite, Celestine  Ketcha Courtes a dit aux populations que «nous sommes venus vous inviter à vous joindre à nous par un engagement individuel mais alors sérieux à la réalisation de cet acte». Paul Atanga Nji lui, a rassuré les riverains que «nous sommes venus exercer le dialogue».

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique