Cameroun - Chantiers de la CAN: Un prestataire justifie le prix du sac de ciment à 16 000 FCFA au lieu de 4500 FCFA

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 27-Dec-2018 - 16h26   23690                      
104
Constant Moukoko archives
Constant Moukoko, patron de la société en charge de réhabiliter le stade Mbappe Leppe de Douala, explique pourquoi le sac de ciment a été vendu à l’Etat quatre fois plus cher dans le cadre des chantiers de la CAN.

On n’a pas fini de parler de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. La compétition ne sera plus organisée au Cameroun, ainsi qu’en a décidé la Confédération Africaine de Football (CAF) le 30 novembre 2018. En attendant que l’instance qui gère le football continental dévoile l’identité du nouveau pays organisateur, les débats aux pays des Lions Indomptables tournent autour des raisons de ce que beaucoup considèrent comme l’échec du siècle.

L’opinion s’attarde davantage sur les mécanismes de passation des marchés de la CAN et les prix d’acquisition des matériaux que certains pensent avoir été surfacturés. C’est le cas du prix du sac de ciment de 50kg. Son prix au Cameroun ne dépasse généralement pas 4 500 FCFA. Mais dans le cadre des chantiers de la CAN, le même sac de ciment a été vendu à l’Etat à 16 000 FCFA. Une information donnée par un membre du Comité de préparation de la CAN (COMPICAN), au lendemain de la décision de la CAF.  

Nombre d’observateurs pensent qu’il s’agit là d’un scandale financier sur fond de détournements de deniers publics. Un avis que ne partage pas un des prestataires des chantiers de la CAN. Constant Moukoko était le 23 décembre 2018, l’invité de la toute nouvelle émission Perspectives, diffusée sur Canal 2 international. Interrogé sur le prix du sac de ciment qui a quadruplé, le directeur général de 2ME, entreprise en charge de la réfection du stade Mbappe Leppe de Douala, a donné une réponse déroutante.

«Il faut expliquer aux gens le principe d’un marché public. Beaucoup de gens sont dans l’ignorance. Un marché public à la base, pas au Cameroun, mais dans le monde entier, c’est un principe de redistribution de l’argent public aux populations…un entrepreneur fait une entreprise d’abord pour gagner de l’argent et faire des emplois. Ça arrange l’Etat, parce qu’on fait des emplois», a d’abord expliqué M. Moukoko.

«Dans le sac de ciment, je crée ma structure où j’ai un bureau, une secrétaire, un téléphone. Donc je me lève un matin pour soumissionner pour le stade Mbappe Leppe ou Bonamoussadi, je prends mon téléphone, je passe des coups de fil on me dit il y a une soumission, je fais mon dossier, je vais le déposer etc. ça rentre dans le sac de ciment. Maintenant, je prends un architecte qui me fait des plans, je prends un taxi, ça rentre dans le sac de ciment, il y a l’ouvrier qui le transporte qui est payé également...Quand vous additionnez toutes ces dépenses, le prix sera forcément élevé», a ajouté le patron de 2ME.

Des explications qui ne convainquent pas grand monde. Sur la toile, les internautes n’hésitent pas à traiter le manager de tous les noms d’oiseaux.

Voici la vidéo:

Extrait Emission Perpectives (c) Canal 2

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique