Cameroun – Colère: Pour être restés 17 ans sans électricité, les chefs traditionnels de l’arrondissement de Minta (Centre) et leurs sujets menacent « d’en découdre avec ENEO »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Oct-2021 - 08h55   9136                      
21
Hôtel de ville de Minta osidimbea.cm
Ils se sont exprimés dans une lettre adressée au Premier Ministre lundi. L’ultimatum qu’ils ont adressé à l’entreprise en charge de la production du courant expire le 26 Octobre 2021.

Les populations de l’arrondissement de Minta (département de la Haute-Sanaga, région du Centre) et leurs chefs traditionnels sont très remontés contre ENEO, la compagnie en charge de la production de l’électricité. Ils ont exprimé leur colère dans une correspondance adressée au Premier Ministre Joseph Dion Ngute le 11 Octobre 2021. « Nous, chefs traditionnels de deuxième et de troisième degré du Groupement de Minta, arrondissement de Minta venons par la présente exprimer le mécontentement des populations de l’arrondissement de Minta dont nous sommes les garants de la tradition », lit-on dans la première partie de cette « lettre d’information ».   

Les chefs de Minta et leurs sujets  se plaignent d’être dans le noir depuis une éternité et menacent ENEO de représailles. « En effet Excellence, depuis plus de 17 ans, l’arrondissement de Minta  n’a plus eu un signal du courant électrique. D’où le courroux  des populations vis-à-vis de cette absence de l’énergie électrique qui cause un préjudice énorme sur le plan éducatif, économique et social de nos populations qui ont décidé d’en découdre avec ENEO si rien n’est fait dans un délai  de 15 jours à compter de la date de dépôt », avertissent les auteurs de la lettre adressée à Joseph Dion Ngute.

Le mécontentement des populations de l’arrondissement dont le musicien Richard Bona est originaire survient moins de deux semaines après celui des habitants de Ngotto 1 et 2, dans la région du Sud. Là-bas aussi, on protestait entre autres contre l’absence d’électricité. Pour se faire entendre, les mécontents avaient barré la route reliant Akom 2 à Ebolowa et Kribi à l’aide d’arbres coupés. Le ministre de l’enseignement  Jacques Fame Ndongo et sa délégation en déplacement dans le coin avait été bloqués. Finalement des négociations toute la nuit du 28 au 29 Septembre ponctuées de promesses de membres du gouvernement avaient apaisé la colère des villageois.

Le ministre de l’eau et de l’énergie Gaston Eloundou Essomba avait annoncé le déblocage en urgence de 200 millions de Franncs CFA pour réhabiliter les installations électriques défectueuses sur la route Ebolowa-Akom II. « Les équipes devraient descendre sur le terrain pour faire le diagnostic et élaborer les devis », avait déclaré le MINEE.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique