Cameroun - Dénonciation: Le MRC accuse le régime d'avoir ordonné l'attaque de la résidence privée de Maurice Kamto

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 25-May-2020 - 17h33   13407                      
116
Maurice Kamto Archives
Une note du Secrétariat général rendue publique, ce lundi 25 mai 2020, rend compte d'une tentative d'infiltration du domicile du président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun par des quidams, et dénonce l'indifférence des autorités de la police et de la gendarmerie.

Des militants et sympathisants ont annoncé dans la matinée de ce lundi 25 mai 2020, une attaque présumée à la résidence du président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, au quartier Santa-Barbara, dans l'arrondissement de Yaoundé I. La nouvelle était confirmée quelques heures plus tard par le porte-parole du parti, Sosthène Médard Lipot, à travers un message publié sur sa page Facebook. 

Dans l'après-midi, le Secrétariat général du parti a commis une note officielle dans lequel il relate les faits. Le MRC rapporte qu'un «groupe de miliciens du pouvoir», soit une vingtaine de jeunes, ont fait «une irruption fracassante au domicile privée» de Maurice Kamto, d'aucuns sur des motos, en «proférant des menaces de mort contre lui au motif supposé qu'il aurait ordonné l'ordre de saccager les ambassades du Cameroun à l'étranger», lit-on dans le document signé du Secrétaire général adjoint, Roger Justin Noah

Ils auraient tenté d'entrer par effraction dans l'enceinte de son domicile avant d'être stoppés par par les vigiles en faction. Le MRC rapporte également que, dans la foulée, le commissaire du 6e arrondissement de la ville de Yaoundé a été saisi, tout comme le patron du groupement de Gendarmerie du Mfoundi (Centre) mais ils sont restés de marbre. 

«A travers la passivité de la police et de la gendarmerie ce matin, on peut déduire donc que le pouvoir a ordonné l'attaque de la résidence du président élu», subodore le Secrétaire général adjoint du MRC. Néanmoins, il conclut que les forces de sécurité sont finalement arrivés sur les lieux, «deux heures après». 

 

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique