Cameroun - Enseignements Secondaires: Malgré les couacs, un compte bancaire sera ouvert pour les frais exigibles et d’examens

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 16-May-2019 - 19h24   1890                      
1
Dr Nalova Lyonga Wilson Musa
Par correspondance datée du 3 mai 2019, Nalova Lyonga, le Ministre des Enseignements secondaires informe le ministre des Finances de l’ouverture (prochaine) de ce compte bancaire.

 C’est à la  rentrée 2018/2019 que le paiement électronique des contributions exigibles a été introduit sans véritable préparation. De nombreux couacs ont immédiatement été observés.

 «La mise à disposition tardive et en plusieurs tranches des frais exigibles auprès des établissements, la difficulté du paiement conforme des primes de rendement au premier trimestre et même au deuxième trimestre pour certains, l’indisponibilité de certains chefs de postes comptables lorsqu’ils ne demandaient pas des rétro-commissions; la rareté des liquidités dans plusieurs établissements publics tout comme l’absence ou l’insuffisance d’acquisition de livres et autres documents pédagogiques nécessaires dans les rubriques prévues à cet effet et surtout, le non-respect des lignes budgétaires validées par les conseils d’établissement compétents», affirme le quotidien Le Jour dans son édition du 15 mai 2019.

 Malgré ces obstacles, le paiement des contributions exigibles dans les lycées et collèges va se poursuivre l’année prochaine. Par correspondance datée du 3 mai 2019, Nalova Lyonga, le Ministre des Enseignements secondaires informe son homologue des Finances de «l’ouverture (prochaine) d’un compte bancaire pour la domiciliation des frais exigibles et d’examens collectés par mobile Money», apprend-on dans les colonnes du journal.

 Cette correspondance faisait  suite  à l’autorisation reçue du Secrétaire général de la Présidence de la République. «J’ai l’honneur de solliciter votre proposition sur la banque commerciale présentant les meilleures garanties de succès pour cette opération», souligne le MINESEC.

 D’après le journal, le 8 avril, Ferdinand Ngo Ngo instruisait à Louis Paul Motaze un nouveau «processus de perception et de réaffectation aux établissements secondaires des frais exigibles et d’examens collectés par les partenaires». Pour montrer la profondeur du malaise, il hâte le processus. «Le Chef de l’Etat vous ordonne de procéder au déblocage en procédure d’urgence des recettes non encore réaffectées aux établissements scolaires concernés au profit du compte ouvert à cet  effet par le MINESEC dans une banque commerciale de la place».

 Lors de la dernière réunion d’évaluation, «le chef de sa Division des affaires juridiques avait annoncé des améliorations du processus». Des améliorations qui devraient intégrer  «les correctifs des dysfonctionnements dénoncés cette année; une répartition et une utilisation rigoureuses, judicieuses des ressources financières dans l’établissement».

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique