Cameroun - Hommage: Finexs Voyage organise un office religieux à la mémoire du maréchal des logis Armel Limpembe, tué le 22 juillet 2020 à Douala

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 31-Jul-2020 - 12h49   3024                      
1
Hommage religieux à l'agence Finexs de Douala Frédéric Nonos
Une célébration œcuménique s’est déroulée au lieu du drame le 30 juillet 2020 à Douala.

Après avoir adressé une lettre de condoléances, Finexs Voyage poursuit le deuil du maréchal Armel Limpembe. Le Top management de l’entreprise a organisé une cérémonie interreligieuse autour d’un pasteur, d’un imam et d’un prêtre. C’était à l’agence de Douala où le jeune gendarme a été assassiné par les vigiles de l’entreprise le 20 juillet 2020. Le clergé a prié pour l’âme du défunt, pour ses proches dans leur douleur, afin qu’ils soient consolés par la foi.

Dans un esprit d’apaisement, le Directeur Général de Finexs Voyage, Félix Etoundi, a demandé pardon à Dieu pour qu’un tel drame ne survienne plus dans sa compagnie. Il a toutefois relevé des manquements à corriger dans les prochains jours. «Il y a encore beaucoup à faire au niveau de la formation et la pédagogie de l’accueil, l’orientation et du suivie», a-t-il confessé, reconnaissant «avoir pris acte de ces graves erreurs», ainsi que le communiqué du ministre des Transports qui rappelle la réglementation en vigueur.

«Nous allons nous atteler après notre semaine de deuil, à nous conformer définitivement et à mettre un accent particulier sur le personnel. Je peux vous assurer que cela ne se reproduira plus chez nous», a promis Félix Etoundi. De retour d’une mission dans le Sud-Ouest, le 20 juillet dernier, le maréchal des logis Armel Limpembe et son collègue s’étaient arrêtés à l’agence Finexs de Douala pour faire un tour au petit coin.

Les vigiles chargés de l’entretien des toilettes leur avait exigé 100 FCFA pour le service. Mais après s’être mis à l’aise, le défunt avait plutôt sorti une pièce de 500 FCFA arguant ne pas posséder 100 FCFA contrairement à son collègue. Une attitude qui n’avait pas plus aux vigiles. Le ton était monté  entre gendarmes et vigiles, suivi d’une bagarre au cours de laquelle un vigile a mortellement assené un coup de latte au défunt. Les présumés assassins sont depuis lors gardés à vue et l’agence scellée. Le corps de la victime est gardée à la morgue de l'hôpital militaire de Douala.

Auteur:
Frédéric NONOS
 @t_b_a
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique