Cameroun: La ville de Yaoundé fortement militarisée ce dimanche 4 novembre 2018

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 04-Nov-2018 - 18h59   6959                      
22
Ville de Yaounde, le centre-ville Archives
Si les habitants de la capitale politique ont observé que depuis la proclamation des résultats de la Présidentielle 2018 par le Conseil constitutionnel, les forces de l’ordre ont été déployées dans certains points chauds de Yaoundé, l’on a noté ce dimanche 04 novembre 2018 que les éléments du BIR et du RASS ont renforcé les effectifs sur le terrain.

Rond-point de la poste centrale, carrefour incontournable à Yaoundé, qui comporte une voie spécialement réservée au passage du cortège du Chef de l’Etat, est depuis quelques mois convoité par les activistes opposés au régime de Paul Biya.

Ils y ont donné rendez-vous à une date gardée secrète pour le début du « Chassement », nom de baptême des marches en direction du palais de l’Unité pour contraindre le président Paul Biya au pouvoir depuis 36 ans à démissionner.

Ainsi, depuis la proclamation de la victoire du Chef de l’Etat sortant par le Conseil constitutionnel, les forces de l’ordre sont été déployées au carrefour de la poste centrale.

« Il n’y a pas que là-bas. Il y a aussi le carrefour Obili, carrefour sous-préfecture de Tsinga, bref, les quartiers considérés comme fiefs de l’opposition sont quadrillés. Des hommes en tenue presque suréquipés sont présents dans presque tous les grands carrefours » indique un commerçant qui tient une boutique non loin de la poste centrale.

Ce dimanche 4 novembre 2018, l’on a noté que le nombre d’hommes en tenue sur le terrain a augmenté. Les éléments de la gendarmerie et de la police sont en grand nombre devant la cathédrale Notre-Dame-des Victoires, la poste centrale, l’immeuble de la SNI, la Maison Don Bosco et alentours.

«En dehors de vouloir empêcher les manifestations publiques, ces forces, y compris la garde présentielle qu’on aperçoit dans certains endroits, sont en train de sécuriser déjà l’itinéraire que va emprunter le président réélu pour aller prêter serment à l’Assemblée nationale » explique une autorité administrative qui fait aussi remarquer qu’en plus des gendarmes et policiers, les effectifs ont été renforcés ce dimanche matin avec des éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR) et du Régiment d’artillerie sol-sol (RASS).

La capitale politique est donc fortement militarisée au moment où Paul Biya s’apprêter à prêter serment au plus tard le mardi 06 novembre 2018

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique